Les bénévoles et la COVID-19

Publié le 23 décembre 2020 dans Moments Forts, News


Face à la crise de la COVID-19, comment réagissent les bénévoles de l’opération Télévie ? Entre mi-mars et fin avril déjà, avec le confinement, 89 comités avaient été forcés d’annuler une ou plusieurs de leurs activités. Ont-ils trouvé entretemps des solutions pour affronter la deuxième vague ? Ont-ils réussi à faire preuve d’imagination ? Petit coup de sonde chez les bénévoles.

Un véritable casse-tête : c’est ce que représentent aujourd’hui la crise de la COVID-19 et ses mesures restrictives pour de nombreux bénévoles ! « Début septembre à Callenelle,
raconte Isabelle Willems, notre 15e week-end Télévie prévoyait un souper le samedi, un petit-déjeuner et un dîner le dimanche, un concours de pétanque et un concours de pigeons. Nous n’avons pu garder que le concours de pigeons ! Même chose pour notre duathlon début octobre : trop compliqué à organiser avec les règles strictes instaurées par le Gouverneur de la Province. Et nous n’étions alors qu’en code orange !
»
« Cette année, précise Florence Normand, qui coordonne les bénévoles au FNRS, 163 activités Télévie sur les 734 prévues ont été annulées. Les responsables m’appellent pour demander conseil : peut-on organiser notre activité ? Pas évident, vu que les règles changent d’un mois à l’autre ! » Seul ce qui était prévu en extérieur (marches, balades canines ou équines) a été maintenu.
Certains comités ont reporté leurs organisations à une date ultérieure.
D’autres ont choisi de se réinventer. On ne peut plus vendre les produits Télévie aux entrées des grandes surfaces ? On les vendra en virtuel, ou dans les pharmacies.
On ne peut pas organiser de souper ? Alors, on va fabriquer des masques pour lutter contre la COVID-19, ou des articles « zéro déchet », comme l’a fait Martine Allard, responsable de son propre comité Télévie.

Un seul mot d’ordre : l’imagination au pouvoir !

Hélène Van Parys et son comité de Chastre, ont dû annuler 5 événements Télévie cette année. « Avec nos 30 bénévoles, nous avons choisi d’écouler notre stock de miel via les réseaux sociaux, avec des dépôts chez les bénévoles et les commerçants. Idem pour les confitures, que nous ne pourrons pas vendre sur le marché de Noël, lui aussi annulé. Grâce à ce système, le comité a pu écouler 220 pots de miel et plus de 300 pots de confiture. Plus que les autres années ! »

Vive la formule « à emporter » !

Isabelle Willems, elle, a choisi de transformer son souper fromages du 24 octobre en formule « à emporter ». Et ça a marché ! Plus de 150 réservations. Avec ses 12 bénévoles, elle a pu se réorganiser.
« Les commandes étaient emportées sur rendez-vous, toutes les 5 minutes. Avec une entrée et une sortie différentes dans la salle, et du gel hydro-alcoolique à l’entrée. On n’avait pas trop le choix ! ».
Pour Noël, Hélène Van Parys et ses amies et amis préparent des paniers gourmands. Galettes, speculoos, truffes, et autres bouteilles de champagne viendront les garnir, en plus des confitures. Là aussi, la vente se réalisera via les réseaux sociaux et les points de distribution évoqués plus haut. « Notre chance, aussi, c’est que nos sponsors se montrent assez souples. Soit ils reportent leur sponsoring à l’an prochain, soit ils offrent directement le montant en euros sans attendre l’activité ».
N’empêche, tous les bénévoles sont unanimes : ces solutions de fortune, aussi créatives qu’elles soient, ne remplacent pas les contacts humains qu’on peut se créer ou entretenir autour d’un bon repas, ou lors d’un événement.
Parce que le Télévie, c’est aussi cela, des moments de partage autour d’une même cause : la lutte contre la maladie.


D'autres news