Les Cyclos du Cœur à Joux Plane (Samoëns) : « Le Soir » a pris la roue…

La quatrième édition des Cyclos du Cœur, organisée dans le cadre du Télévie, avait lieu ce vendredi. Au total, 385 cyclistes amateurs ont gravi un col mythique du Tour de France.


Ce vendredi 7 juin a eu lieu la quatrième édition des « Cyclos du Cœur », une manifestation sportive organisée dans le cadre du Télévie (RTL). Le défi était de gravir un col mythique du Tour de France. La première édition fut initiée en 2019 au mont Ventoux par l’animateur de RTL Jean Michel Zecca, toujours debout sur les pédales ce vendredi pour animer le quatrième opus. Le défi de cette année a emmené 385 cyclistes amateurs à 1.700 mètres d’altitude dans un serpentin de virages : « le col de Joux Plane », classé HC catégorie par l’UCI au Tour de France. Le bien nommé est situé en Haute-Savoie. Sur la route des Grandes Alpes, il relie les beaux villages de Morzine et de Samoëns. D’une longueur de 11,6 km, il affiche une pente moyenne monstrueuse de 8,5 %. Ce vendredi, le parcours était long de 40 km pour 1.200 D+.

En Belgique, toutes les heures, huit personnes sont diagnostiquées du cancer. Les fonds récoltés par le Télévie via ce challenge (plus de 100.00 euros en 2023) et déjà 60.000 euros en 2024 sont intégralement versés à la recherche contre le cancer. C’est Marc Duthoo de RTL qui est le chef d’orchestre de cette manifestation qui demande une organisation titanesque. Ici, point de chronomètre à l’arrivée. Seulement de belles émotions parfumées de sueur. Une façon « si possible » de comparer les difficultés ressenties par les personnes atteintes d’un cancer et la difficulté engendrée par l’exercice sportif demandé.

Le parrain de cette année s’appelle Gilles Van de Spek. Atteint d’un cancer incurable, il a 36 ans. Gilles a créé une philosophie qui s’appelle le « Profitivisme ». Un courage et un respect absolu à l’écoute des patients atteints. Pour exemple encore l’artiste Florian Caucheteux atteint de trois cancers (47 ans) a versé 12.000 euros au Télévie via la vente de ses œuvres. Le Soir et ses valeurs humanistes voulaient comme l’année dernière s’associer physiquement à ce défi. C’est fait !

Votre serviteur et 384 autres ont tout donné pour essayer d’atténuer un peu la souffrance des autres et tenter d’éradiquer cette « saloperie » en contribuant financièrement et physiquement. Rien n’est encore gagné alors on continue de pédaler avec le Télévie. Le Soir a pris la roue de l’empathie… Respect à tous et toutes !

Crédits : Le Soir, Dominique Gobert

Chimay: 3 générations de cyclistes pour le Télévie

Souvenez-vous, en juin 2023, Émile Génicot, aux côtés de son fils Olivier, réussissait l’ascension du col mythique de l’Alpe d’Huez pour fêter à sa manière ses 80 printemps, et ce, au profit du Télévie.

Cette année, il remet ça, mais avec cette fois son petit-fils Léo en plus, pour gravir le 7 juin prochain, le col de Joux-Plane, le plus beau col de France d’après les cyclistes professionnels.

Joux-Plane, ce doux nom mélodieux cache en réalité une montée corsée, en témoignent ses 11,6 km à 8,5%. Situé entre Samoëns et Morzine dans le massif du Chablais en Haute Savoie, Joux-Plane jouit d’une belle réputation pour plusieurs raisons: son histoire, sa beauté et sa dureté. Son sommet culmine à 1691 mètres d’altitude et son dénivelé positif est de 1000 mètres

Au-delà de l’exigence de la montée, c’est un véritable distributeur de panoramas sur ses hauteurs. Les points de vue sur le Mont-Blanc sont sublimes. Pour parrainer Émile: https ://parrainage.televie.be/fundraisers/sebastien-genicot

Crédits : L’Avenir

Le Télévie va recevoir un chèque grâce à une téléréalité française

Nikola Lozina, le gagnant de ce programme, et ambassadeur digital du Télévie nous a choisi pour reverser ses gains.

Vendredi soir, « The Power » a élu son grand gagnant. Cette téléréalité française diffusée sur RTL Plug en Belgique avait deux candidats belges embarqués dans l’aventure.

Nikola Lozina et Shauna Dewit ont représenté la Belgique dans ce loup-garou géant. Tous les deux jouaient pour le Télévie. La jeune femme a été éliminée en demi-finale alors que Nikola Lozina a remporté la victoire.

Il remporte donc un chèque de 20.000 euros pour le Télévie. Il a déclaré : « Je me suis battu pour mon association et pour la Belgique. » Sur Instagram, il a ajouté qu’il s’était battu pour son oncle qui « était devant sa télé, là-haut, ce soir. Elle était pour toi celle-là. » Il s’agit de Marc Giambrone, qui était atteint d’un cancer du poumon et qui avait témoigné lors en 2018.

Une matinée à Huy pour parler du cancer 

Anabelle Decottignies, directrice de recherche FNRS et cheffe d’une équipe de recherche en génétique du cancer à l’Institut de Duve (UCLouvain), a été contactée par le collège de Huy. Le but ? Passer la matinée avec les élèves de secondaire et leur parler du cancer.  

Des professeurs et des élèves conquis 

Garder l’attention de 250 élèves, de deuxième et troisième année secondaire, pendant deux heures, est un sacré défi ! L’intervention d’Anabelle Decottignies était divisée en deux parties. La première, expliquer le jargon du cancer en mots simples : qu’est-ce qu’une cellule, qu’est-ce qu’un cancer, quels sont les facteurs qui augmentent les risques d’en avoir un, comment les traite-t-on, pourquoi les cancers pédiatriques sont moins bien soignés que les autres ? etc.  

Pour la deuxième partie de son intervention, Anabelle a formé une vingtaine de groupes, de 15 à 20 élèves. Le but était d’interroger les enfants sur des informations évoquées dans la présentation. La professeure du jour était ravie : « Globalement, les résultats étaient très bons ! Je leur ai également demandé de trouver un nouveau slogan pour le Télévie, qui serait percutant et qui inciterait à donner des fonds pour la recherche scientifique ». 

Une participation active  

En favorisant la participation, Anabelle a senti un réel engagement des élèves lorsqu’il fallait répondre aux questions : « C’était un sujet connu de presque toutes et tous, une dizaine d’entre elles et eux connaissaient un enfant ayant eu un cancer pédiatrique. Lorsque j’ai demandé combien connaissaient un adulte ayant eu un cancer, bien plus d’enfants ont levé la main ».  

Pour les faire se rendre compte de la réalité, place à un jeu de rôle. Quatre élèves ont été désignés pour se mettre dans la peau d’un chercheur ou d’une chercheuse et avaient le choix entre, d’un côté, trouver un remède pour soigner une jeune fille, ou d’un autre côté, trouver le remède qui soignerait la masse des élèves restants. Un débat intéressant en a découlé. 

La réalité, c’est que la recherche a besoin de beaucoup de patients atteints d’un certain cancer pour avancer, comme le dit Chris Verslype, hépatologue et oncologue digestif : « L’intérêt de l’industrie est majoritairement tourné vers la recherche scientifique pour les cancers les plus répandus et non vers les plus rares ».  

Parler du cancer 

Le troisième pilier du Télévie étant la communication, il était important de parler de ce sujet, faire comprendre aux élèves que ce n’est pas un tabou et que ce n’est pas non plus honteux d’avoir un cancer. Il faut en parler un maximum autour d’elles et eux pour sensibiliser leur entourage. Des moyens de prévention ont été abordés tels que la vaccination contre le cancer de l’utérus ou les visites de contrôles pour le cancer du sein.  

Le Collège Saint-Quirin de Huy a déjà demandé à Annabelle Decottignies de revenir l’année prochaine au vu du succès de cette première intervention ! 

Valentine Jonet

À quoi vont servir les 12 millions d’euros récoltés pour le Télévie ?

L’Opération Télévie 2024, qui s’est clôturée ce week-end, a permis de récolter plus de 12 millions d’euros. Grace aux généraux dons, un chercheur sur deux en cancérologie peut poursuivre ou entamer une recherche pour essayer de trouver des solutions, soigner et guérir les cancers. C’est au FNRS de déterminer les projets prioritaires.

« On a reçu 170 demandes de financement, de projets de recherche, qui vont être déposés, et qui sont en train d’être examinés par la communauté scientifique. Cette commission va se réunir le 27 mai et va classer ces projets en fonction de l’originalité, l’intérêt, la qualité », explique Véronique Halloin, secrétaire générale FNRS.

Tous les jours, de nouveaux défis que les chercheurs tentent de relever. C’est à eux que va une partie des dons. 

« D’abord, il va payer de jeunes chercheurs, qui vont faire des doctorats et à qui on va confier une question. Et on compte sur leurs forces vives et leur énergie, leur motivation pour mener à bien cette recherche », ajoute Akeila Bellahcène, directrice de recherche FNRS. 

Chaque année, la recherche progresse et on améliore la compréhension de certains mécanismes : « C’est très très important d’essayer de comprendre les mécanismes par lesquels les patients vont récidiver et donc vont développer des tumeurs qui résistent à notre arsenal thérapeutique », explique encore Akeila Bellahcène.

Crédits : RTL Info

Le Télévie en folie, c’était la folie !

La troupe du Télévie en folie a sillonné la Wallonie pendant trois semaines à votre rencontre ! De Charleroi, en passant par Marche-en-Famenne, pour finir à Malmedy, vous avez été presque 9 000 à assister au spectacle et à les soutenir pour la recherche contre le cancer.

Ce n’était pas un exercice facile, mais ils et elles l’ont fait ! Les animateurs, animatrices et journalistes de RTL sont montés sur les planches de trois grandes salles wallonnes pour amuser et faire rire le public venu en nombre pour les supporter.

L’origine du Télévie en folie

L’idée du Télévie en folie prend sa source lors d’une discussion entre Géraldine Gautier, responsable des évènements à RTL Belgium, et Olivier Leborgne, metteur en scène et humoriste, afin de renouveler la pièce de théâtre, ancien spectacle au profit du Télévie.

Cette année, pour la deuxième saison, l’équipe de RTL a vu les choses en grand. Après le succès de la première édition, la troupe est repartie pour une tournée qui mélange humour, émotions et musique. Ce n’est plus une date qui était prévue mais trois, à Charleroi, Marche-en-Famenne et Malmedy, avec 4 représentations, de quoi satisfaire le plus grand nombre.

Un sentiment de joie

L’émotion qui ressort le plus lorsque l’on pose la question aux animateurs, animatrices et journalistes à la sortie de la scène est la joie. À chaque date, peu importe le lieu, le public les soutenait et riait avec elles et eux.

« Faire rire un public, c’est l’une des sensations les plus folles qui existe » Caroline Fontenoy

Ils étaient onze à s’essayer à l’humour et à faire face au public : Sandrine Dans, Olivier Schoonejans, Sophie Pendeville, Sandrine Corman, Olivier Leborgne, Anne Ruwet, Thomas de Bergeyck, Emilie Dupuis, Luc Gilson, Caroline Fontenoy et Jacques van den Biggelaar.

Les premiers pas sur scène à Charleroi étaient stressants pour certains et certaines comme Emilie et Thomas qui appréhendaient ce premier passage. Un sentiment dominait à la sortie : le soulagement. « On se demandait si on était comiques, si ça allait bien se passer, mais avec les rires et l’énergie du public, ça nous a portés. Ce qui est génial, et on ne s’y attendait pas du tout, c’est que le public a ri des mimiques de visage et des silences », conclut le duo.

Le public ravi

À Charleroi, le Dôme était rempli et les spectatrices et spectateurs ravis. « C’est une belle soirée, un beau spectacle. J’ai aimé tous les sketchs. Avant, c’étaient des pièces de théâtre, mais c’est bien comme ça aussi, c’est chouette », « Je suis très contente d’être là, je trouve le début de soirée très sympa », « Une soirée super sympa, c’est vraiment très gai et en plus, c’est pour la bonne cause » peut-on entendre à l’entracte.

Un public qui a comblé Sandrine Corman et Sophie Pendeville : « C’était trop bien cette première, le public était en feu. C’était génial de partager un moment tous ensemble, comme ça, avec un public de folie ! ».

« Je suis mort, mais la récompense, ce sont les rires du public et ça, c’était extraordinaire ! » Olivier Schoonejans

Deuxième date, sold out à Marche-en-Famenne. Les artistes ont senti l’ambiance de folie qui régnait. « On commence vraiment à s’approprier les personnages donc c’est génial, en plus le public est très, très bien » confie Luc Gilson. Son homologue du journal télévisé ne tarit pas d’éloges non plus : « Le sketch devait durer quatre minutes, mais le public était tellement réactif, que ça en a duré dix. On s’est éclatés, on s’est bien amusés ! ».

Côté public, le sourire est sur les lèvres : « J’ai trouvé ce spectacle génial, c’est la première fois et, à mon avis, je reviendrai ! Je donne 10/10 ».

Le public de Malmedy était tout aussi participatif, les deux représentations du jour ont épuisé nos artistes qui se sont reposés après avoir fait la fête pour célébrer la fin de tournée !

Une organisation millimétrée

Le Télévie en folie est une véritable fourmilière, chaque week-end, des dizaines de personnes ainsi que leur matériel est à acheminer à bon port. Géraldine nous a partagé une anecdote : le néon du logo du Télévie en folie, qui est suspendu au fond de la scène, a cassé deux fois en trois week-ends ! Elle nous confie qu’il faut une organisation à toute épreuve pour le déplacer. La veille de la dernière représentation, au soir, les équipes étaient encore occupées à le réparer…

Au fur et à mesure des représentations, la confiance est montée et les pas sur scène étaient plus assurés. La tournée a pris fin, mais n’aurait pas eu ce succès sans toutes les personnes de l’ombre qui travaillent dessus : les techniciens, les coiffeuses et maquilleurs, la régisseuse, les bénévoles, etc.

Et alors, c’est quoi la suite ?

Olivier Leborgne revient sur ces trois dates en tant que metteur en scène et interprète et tient à féliciter toutes les personnes présentes. « C’était une formidable équipe, avec les animateurs, Mister Cover, Manon, les chanteurs, les danseurs de 2MAD, toute l’équipe technique, il y a vraiment beaucoup de monde qui met son énergie positive à faire que ce soit une grande fête, un grand partage avec le public. En plus, le public a réagi magnifiquement bien, tout ça pour le Télévie. On est partis pour une troisième édition ? » conclut-il en laissant planer un doute.

Valentine Jonet

Participez aux enchères des Champions !

Vous rêvez de porter le maillot dédicacé des Red Lions, Champions du Monde 2018, Champions d’Europe 2019 et Champions Olympiques en titre ? Grâce à notre partenaire Clicpublic.be, vous pouvez participer en ligne aux “Enchères des Champions » et espérer le remporter !

Si vous n’êtes pas fan de hockey, pas de panique, il y en a pour tous les goûts ! Vous trouverez une variété d’objets sportifs à ajouter à votre collection tels qu’un maillot dédicacé des Diables Rouges, les équipements des équipes d’Anderlecht et de Charleroi, le short du Champion du Monde de Boxe, Ryad Merhy, et une figurine dédicacée par la légende du cinéma d’action, Jean-Claude Van Damme. Une façon de satisfaire tous les férus de sport.

N’hésitez pas, c’est une opportunité unique d’acquérir des objets exclusifs ayant appartenus à des athlètes belges de renom. En plus, tous les bénéfices issus de la mise aux enchères de ces objets rejoindront la cagnotte du Télévie. Il vous reste 11 jours pour participer à cette belle et importante cause qu’est la recherche contre le cancer ! On compte sur vous !

Rendez-vous dès aujourd’hui sur www.clicpublic.be !

Ce Pollinois va grimper le col de Joux Plane à vélo pour le Télévie

Florian Caucheteux, de Polleur, se lance un nouveau défi pour la bonne cause. Il participera en juin aux Cyclos du Cœur du Télévie qui se dérouleront à Joux Plane en France.

Opéré de plusieurs tumeurs au cerveau entre 2019 et 2021, Florian Caucheteux, connu aussi sous le nom d’artiste Florkey, a à cœur de soutenir la recherche contre le cancer. En 2022 et 2023, celui-ci avait déjà organisé Résili’art, une expo-vente d’œuvres d’art réalisées par lui-même et d’autres amis artistes qui a permis de récolter quelque 19 400 € pour le Télévie.

Stable depuis 2023, le Pollinois a décidé cette fois de s’investir différemment. De manière plus sportive. “J’ai toujours fait beaucoup de vélo, depuis gamin, raconte Florian Caucheteux. J’ai commencé le VTT il y a 20 ans et il y a une dizaine d’années, je m’étais inscrit au club Spa VTT.” À l’époque, il avait également pris part à des compétitions amateurs telles l’Ardennes Trophy. Pas étonnant donc qu’à chaque fois qu’il va mieux l’une des premières choses qu’il fait est d’enfourcher son deux-roues, électrique désormais. “Au mois de septembre, je suis parti trois jours avec un ami faire le Ride The Track, pour le fun, dans la Drôme. C’était très dur, très technique mais très chouette.”

Le nouvel objectif qu’il s’est fixé n’est pas anodin non plus. Il s’apprête à prendre le départ, le 7 juin prochain, des Cyclos du Cœur, mené par l’animateur de RTL-tvi Jean-Michel Zecca. Cette année, après l’Alpe d’Huez en 2023, l’initiative solidaire prévoit l’ascension du col de Joux Plane, où le Tour de France est déjà passé onze fois. Situé entre Samoëns et Morzine, dans le massif du Chablais, en Haute-Savoie, il s’étire sur 11,6 km et présente 8,5 % de pente moyenne. “Je savais que mon ami Jean-Thomas Coumont, de Theux, dont la fille, Célia, s’est battue contre la leucémie, a participé aux Cyclos du Cœur à plusieurs reprises, explique Florian Caucheteux. Quand j’ai vu qu’il le refaisait, j’ai trouvé que ce serait sympa de le tenter aussi.”

En vue de ce challenge, le Pollinois s’entraîne de façon sérieuse au minimum trois fois par semaine (en alternant avec des moments de récupération). Une rigueur bien nécessaire. D’autant qu’ici, il roulera sur un gravel musculaire, c’est-à-dire sans assistance. “Le col de Joux Plane est quand même mythique. L’idée est que cela se passe bien et que j’éprouve du plaisir”, confie-t-il. C’est tout ce qu’on lui souhaite !

À la recherche de parrainage

Le but de cet exercice sportif est également de récolter des fonds pour la recherche. De ce fait, il est d’ores et déjà possible de parrainer la performance de Florian Caucheteux. « J’ai déjà recueilli 270 €, c’est super », se réjouit-il. Les dons peuvent se faire en ligne et à partir de 1 €. Il espère pouvoir atteindre 1000 €.

Florkey recherche aussi des personnes, propriétaire de VTT ou de gravel, pour venir rouler avec lui en semaine ou le week-end, au départ de Polleur (parcours d’une durée de 2h30 à 3 heures).

Infos : www.florkey.be ou https ://bit.ly/3TWRd45

Crédits : L’avenir

Ludo à l’assaut de la Wallonie !

À nouveau cette année, Ludo et toute son équipe partent sillonner la Wallonie en cuistax dans le but de récolter un maximum de dons pour le Télévie ! Le parcours, qui fait plus de 400 kilomètres, se déroulera sur un total de neuf jours, du 12 au 20 avril. Le défi commencera au Luxembourg, à dix kilomètres d’Arlon, et finira sa route le soir de la grande soirée de clôture à Tournai.

Ludo ne sera pas seul sur son cuistax ! Chaque jour, des invité.es se relayeront pour pédaler à ses côtés et arriver à destination. Ils et elles viendront à votre rencontre et espèrent récolter un maximum de dons pour faire avancer la recherche contre le cancer.

Vous voulez suivre son trajet en temps réel ? C’est par ici 

Comment le soutenir dans ce défi fou ? Vous pouvez :  

  • Le parrainer via la cagnotte en ligne : Cagnotte des champions du cuistax
  • Remplir sa cagnotte en venant à sa rencontre  
  • Ou simplement nous encourager le long de la route

Si vous êtes un comité bénévole de la région, n’hésitez pas à contacter Florence pour marquer votre intérêt et emplacement sur le parcours : activités@televie.be 

Les étapes du trajet de Ludo :

JOUR 1 : Vendredi 12 avril 2024 

Eischen– Arlon (Place Schalbert) 

Préparez-vous à une soirée qui démarre en fanfare avec un départ lors du JT de 19h pour une ambiance discothèque ambulante, roulant de nuit ! 

JOUR 2 : Samedi 13 avril 2024 

Arlon (Place Schalbert) – Bastogne (Esplanade de l’Eglise St-Pierre) 

Venez donner un coup de pouce à Ludo et démarrer cette aventure avec lui ! Et devinez quoi ? On retrouve notre super Tonton à Bastogne pour une soirée mémorable ! 

 

JOUR 3 : Dimanche 14 avril 2024 

Bastogne (Esplanade de l’Eglise St-Pierre) – Marche-en-Famenne (Place de la 7ème Brigade) 

Aidez-nous à traverser cette longue journée et on compte sur votre soutien à Marche-en-Famenne pour notre arrivée, soyez nombreux au rendez-vous ! 

  

JOUR 4 : Lundi 15 avril 2024 

Marche-en-Famenne (Place de la 7ème Brigade) – Chaudfontaine (Parking des Thermes en face du Parc de Hauster) 

La journée la plus sportive et la plus intense du voyage. On aura besoin de vos encouragements pour nous donner la motivation nécessaire ! 

  

JOUR 5 : Mardi 16 avril 2024 

Chaudfontaine (Parking des Thermes en face du Parc de Hauster) – Andenne (Place des Tilleuls) 

Une journée sous le signe du soutien avec RTL Sport et l’Université de Liège !

  

JOUR 6 : Mercredi 17 avril 2024 

Andenne (Place des Tilleuls) – Charleroi (Dôme de Charleroi) 

C’est le moment de booster l’ambiance et de mobiliser la foule pour une traversée endiablée jusqu’à Charleroi. On compte sur vous pour nous transmettre votre énergie et faire exploser la cagnotte ! 

  

JOUR 7 : Jeudi 18 avril 2024 

Charleroi (Place Verte) – La Louvière (Place Maugrétout) 

Une journée pleine de défis qui se terminera en apothéose avec notre super Tonton ! Soyez prêts à faire la fête ! 

  

JOUR 8 : Vendredi 19 avril 2024 

La Louvière (Place Maugrétout) – Ath (Esplanade) 

Sortez vos motos, car on accueille Bertrand Carroy et ses amis pour une journée spéciale ! On finit en beauté en rendant visite aux animaux de Pairi Daiza ! 

  

JOUR 9 : Samedi 20 avril 2024 

Ath (Esplanade) – Tournai Expo 

C’est la dernière ligne droite ! Venez en masse pour nous soutenir lors de ce dernier jour jusqu’à Tournai Expo – on compte sur vous pour franchir la ligne d’arrivée en beauté ! 

Vous voulez suivre son trajet en temps réel ? C’est par ici 

Participez aux 20 km de Bruxelles au profit du Télévie

Coureurs et marcheurs, enfilons nos baskets et soutenons la recherche contre le cancer !

Dès aujourd’hui, les inscriptions sont ouvertes pour participer aux 20 km de Bruxelles, le dimanche 26 mai 2024, sous les couleurs du Télévie.

Au-delà de l’évènement sportif, ce défi des « 20 km de Bruxelles » est plus que jamais le rendez-vous de la solidarité ! Une nouvelle fois, le Télévie prendra le départ de cette course mythique.

Comment s’inscrire ?

Merci de continuer à #toutdonner !

Cibler l’agressivité tumorale

Pour la première fois, une équipe de chercheuses et chercheurs de l’ULB menée par Cédric Blanpain, en collaboration avec l’Université de Lyon et la firme Netris Pharma, a réussi à développer un médicament capable d’enrayer la transition épithélio-mésenchymateuse, un mécanisme crucial dans l’agressivité de plusieurs cancers et le développement de métastases.

Il existe dans le corps humain des mécanismes extrêmement utiles mais qui, malheureusement, se retournent parfois contre lui et occasionnent des dégâts importants. C’est le cas de l’EMT, la transition épithélio-mésenchymateuse.

Pour se protéger des agressions extérieures, notre organisme dispose de diverses parois, comme la peau, la membrane qui tapisse l’intestin ou encore l’utérus et que l’on nomme épithélium. Les cellules qui les composent sont étroitement attachées les unes aux autres afin de former une couche imperméable. Cependant, au cours de la vie, il peut être nécessaire pour ces cellules de larguer les amarres, afin de migrer ailleurs. Elles subissent alors une réorganisation importante de leurs fonctions et deviennent mésenchymateuses. Ce processus a par exemple lieu au cours de la formation de l’embryon.

« Lors d’un cancer, l’EMT peut se réactiver, révèle Cédric Blanpain, Directeur du Laboratoire des Cellules souches et du Cancer, à l’ULB et membre de la Commission scientifique du Télévie. Cela rend les tumeurs plus agressives, et leur permet de développer des métastases. De plus, lors de cet état de transition, les cellules tumorales sont plus résistantes aux traitements que sont la chimiothérapie et l’immunothérapie. Il est donc primordial de trouver un moyen d’inhiber ce mécanisme. »

Les chercheuses et chercheurs de l’ULB ont donc scanné l’activité génétique de cellules cancéreuses EMT afin de déterminer quels gènes étaient activés dans ce processus. « Nous nous sommes rendus compte que le gène de la nétrine-1, ainsi que son récepteur UNC5B, étaient très fortement augmentés dans ces cellules », explique le Professeur Blanpain.

Or, au même moment à l’Université de Lyon, des chercheurs testaient spécifiquement un médicament anticancéreux dirigé contre la netrine-1 : L’équipe de l’ULB a donc naturellement fait appel à eux afin de tester cette molécule dans leur propre laboratoire. « Nous avons démontré qu’elle diminuait à la fois le nombre de tumeurs, le nombre de cellules EMT dans chaque tumeur, mais aussi le nombre de métastases, tout en sensibilisant les cellules tumorales à la chimiothérapie anticancéreuse, indique Cédric Blanpain. Et nos études in vitro ont confirmé que la nétrine-1 et son récepteur UNC5B communiquent ensemble et stimulent l’EMT, diminuant la capacité des cellules à s’accrocher les unes aux autres. »

Enhardie par ces résultats, l’équipe de l’ULB a communiqué ses résultats à l’équipe de l’Université de Lyon. « Ils ont administré cette molécule à des patientes atteintes d’un cancer de l’endomètre, détaille Cédric Blanpain, et les biopsies réalisées ont très clairement montré la diminution de l’EMT au sein des tumeurs de ces patientes. Aujourd’hui l’essai se poursuit en combinaison avec un traitement par chimiothérapie, pour étudier une éventuelle synergie. »

Du côté de l’ULB, on souhaite désormais mieux comprendre le rôle de régulation de l’EMT par le gène nétrine-1. « La façon dont netrine-1 régule l’EMT n’est pas claire, et son étude pourrait amener à trouver des médicaments plus puissants encore », espère Cédric Blanpain.

Thibault Grandjean

Le Télévie News 11 est sorti et est disponible sur notre site televie.be

Je donne 1 € pour la lutte contre le cancer

Ce dimanche 4 février, c’est la journée mondiale de la lutte contre le cancer.

Nous sommes près de 12 millions de personnes en Belgique. Imaginez le résultat si chacun de nous donnait 1 euro pour soutenir le Télévie. Car oui, chaque euro compte, et donner 1 euro c’est déjà faire avancer la recherche.

Nous vous donnons rendez-vous tout ce week-end sur le site televie.be ou sur les réseaux sociaux du Télévie.

Par internet

Par virement

IBAN : BE44 0000 0001 4245
BIC : GEBABEBB

Communication :
« 1 euro 2024 »

Vos plus petits dons financent les grandes idées de nos chercheurs

Soutenez le Télévie

les grandes idées de nos chercheurs

Vos plus petits dons financent

Menu