Pourquoi est-ce qu’un vaccin contre le cancer n’aboutit pas ?

La pandémie a montré aux yeux du monde que la recherche et l’industrie pouvaient aller très vite pour élaborer un vaccin contre une maladie virale : le coronavirus. Mais qu’en est-il d’un vaccin contre le cancer ? Si l’on a pu réaliser un vaccin en quelques mois contre une maladie jusqu’alors inconnue, pourquoi ne pourrait-on pas le faire contre le cancer ? Explications…

En réalité, ce n’est pas aussi simple que cela… D’abord, parce que le coronavirus n’était pas, en vérité, une maladie inconnue. Ensuite, parce que prévenir d’une maladie virale est une chose, et prévenir un cancer en est une autre. Car le cancer revêt une grande variété de formes différentes selon l’organe qu’il touche, selon le type cellulaire affecté dans
cet organe, selon l’individu touché et son histoire…

Il existe des vaccins

Le Télévie s’est donc tourné vers la Pre Anne Van den Broeke pour trouver réponse à ces questions. Elle dirige l’équipe de recherche sur la cancérogenèse virale à l’Institut Bordet et est promotrice de projets Télévie. « Il y a plusieurs choses à dire. D’abord, il y a des vaccins anticancers qui ont abouti et qui sont utilisés : les vaccins contre les virus HPV qui causent plus de 90% des cancers du col de l’utérus », explique Anne Van den Broeke. Les jeunes filles ne sont pas les seules concernées. « Ce même vaccin est utile contre les cancers qu’on appelle ‘tête et cou’ dont une proportion de plus en plus importante est liée au même virus. » Un autre vaccin préventif qui existe : celui contre le virus de l’hépatite B. « Ce virus contribue à l’apparition de cancers du foie », détaille la chercheuse. Ainsi, il existe donc des cancers pour lesquels un vaccin préventif existe. « Il ne s’agit pas du plus grand nombre des cancers – 20% des cancers sont liés à des virus –, mais il y a tout de même des vaccins qui aboutissent », conclut Anne Van den Broeke.

Vaccin préventif et curatif


Qu’en est-il des avancées concernant les autres cancers ? On ne peut pas dire que la recherche n’avance pas, mais il faut prendre conscience que prévenir tout type de cancer à l’aide d’un vaccin unique est une utopie. Pour le moment, dans le cadre du cancer, le vaccin
est d’abord une solution thérapeutique plutôt qu’une solution de prévention. « Le vaccin contre le cancer en traitement curatif reste difficile », concède la chercheuse. « Vacciner contre un virus, c’est vacciner contre un élément étranger au corps. Or, le cancer démarre au sein même du corps c’est-à-dire dans des cellules « du soi » non étrangères et les tumeurs sont entourées d’un micro-environnement qui leur est propre. Cet environnement est, de plus, immunodéprimé : les vaccins ont plus de mal à agir car le système immunitaire est déficient. Le patient atteint d’un cancer ne réagit donc pas comme une personne saine au vaccin. Sans compter les traitements déjà donnés au patient, par exemple la chimiothérapie, qui dans certains cas peut altérer les cellules immunitaires. » L’un des plus gros obstacles à la vaccination est le nombre de cancers différents. Il y en a des centaines, si pas des milliers. « Pour chaque type de cancer du sein par exemple, il faudrait un vaccin différent. Cette diversité est problématique », admet Anne Van den Broeke. Chaque cancer est, de plus, différent pour chaque individu. Le cancer du sein d’une patiente X n’est pas le même que celui de la patiente Y. « Tout à fait. Non seulement la tumeur ellemême peut être différente, mais son micro-environnement peut l‘être également On sait maintenant que le niveau d’infiltration de la tumeur par des cellules bien particulières du système immunitaire peut expliquer pourquoi deux patients réagissent différemment au même traitement. Les différences individuelles sont également une difficulté à surmonter. Heureusement, les progrès en génomique, comme le séquençage du génome humain et des tumeurs elles-mêmes, permettent aujourd’hui à la recherche d’avancer dans la détection de mutations bien spécifiques de la tumeur, donc préférentiellement absentes des cellules saines, qui peuvent être envisagées comme cible pour générer une réponse immunitaire contre la tumeur. » In fine, il y a de nombreux obstacles à la mise au point d’un vaccin anticancer : la diversité des tumeurs, le micro-environnement immunitaire déprimé, la sélection des antigènes tumoraux utilisés comme cibles du vaccin, la méthode que l’on choisit pour l’administrer… Heureusement, la recherche avance et permet aujourd’hui de lever certains freins.

L’espoir est permis


S’il y a encore beaucoup d’écueils, l’immunothérapie permet déjà aujourd’hui d’envisager de nouvelles initiatives dans la recherche de vaccins anticancers. « Des chercheurs travaillent actuellement à la combinaison de vaccins et d’immunothérapies. L’objectif est de lever les freins qui empêchent le système immunitaire de bien fonctionner par le biais de l’immunothérapie afin que le vaccin administré soit plus efficace », explique la Pre Van Den
Broeke. Enfin, la pandémie a malgré elle fait avancer la recherche. « Il faut savoir qu’à l’origine l’utilisation de l’ARN messager comme vecteur d’antigènes en vaccination a été développée dans le cadre de recherches dans le domaine du cancer entre autres, mais non
des virus », recadre Anne Van den Broeke. « Les expériences fondamentales ont été réalisées en ce sens il y des dizaines d’années. Mais l’administration efficace de l’ARN à des patients demandait plus de mise au point. La pandémie et l’urgence de trouver des solutions ont certainement permis d’optimaliser la manière dont on administre aujourd’hui des vaccins à ARN messager. Et cela peut profiter à la vaccination contre le cancer. »

Journaliste : Laurent Zanella

Messieurs, palpez-vous vos testicules !

Les cancers du testicule touchent majoritairement les jeunes hommes entre 15 et 44 ans. N’entrainant généralement aucun symptôme, ils sont souvent diagnostiqués tardivement, ce qui amène des traitements lourds et compliqués. Pourtant, il existe un moyen simple de dépister une éventuelle tumeur à faire chez soi : l’autopalpation des testicules.

Comment ça marche ?

Réalisez l’examen à la sortie d’une douche chaude, afin que la peau du scrotum soit détendue ce qui permettra de faciliter la palpation.


Devant un miroir, commencez par examinez vos testicules, soyez attentifs aux changements d’apparence ou de volume.


Placez 4 doigts en dessous d’un des testicules et le pouce au-dessus, palpez un testicule puis l’autre à la recherche d’une éventuelle masse. Soyez particulièrement attentifs au-devant et aux côtés des testicules.


En cas de doute, n’hésitez jamais à consulter un professionnel de la santé.

Il est recommandé de pratiquer l’autopalpation testiculaire une fois par mois à partir de 14 ans. Le but ? Apprendre à connaitre son corps pour déceler au plus vite l’apparition d’une anomalie.

Les particules élémentaires accélèrent la lutte contre le cancer

Les chercheurs du CERN, l’un des plus prestigieux laboratoire du monde, brisent les particules élémentaires pour tenter d’élucider les mystères de l’Univers. Mais leur savoir-faire permet aussi de repousser les limites du traitement de certains cancers jusque-là mortels.

Les physiciens de l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire -à cheval entre la Suisse et la France près de Genève- travaillent avec des accélérateurs de particules géants pour trouver les moyens d’étendre la portée de la radiothérapie anticancéreuse et de s’attaquer ainsi à des tumeurs difficiles d’accès qui, autrement, signaient l’arrêt de mort du patient.

Roberto Corsini est le coordinateur du laboratoire CLEAR, au coeur du CERN. Il se tient debout à côté d’un grand accélérateur linéaire de particules: une poutre métallique de 40 mètres avec des tubes emballés dans de la feuille d’aluminium à une extrémité, et une vaste gamme d’instruments de mesure et un bouquet de câbles de toutes les couleurs.

La recherche ici, a-t-il déclaré à l’AFP lors d’une récente visite, vise à créer des faisceaux d’électrons à très haute énergie qui pourraient éventuellement aider à combattre plus efficacement les cellules cancéreuses. Il s’agit de mettre au point une « technologie pour accélérer les électrons aux énergies nécessaires pour traiter les tumeurs profondes, soit supérieures à 100 millions d’électron-volts » (MeV), a expliqué le docteur Corsini. L’idée est d’utiliser ces électrons de très haute énergie en combinaison avec une nouvelle méthode de traitement prometteuse appelée FLASH.

– Dommages collatéraux-

Cette méthode consiste à délivrer la dose de rayonnement en quelques centaines de millisecondes, au lieu de quelques minutes comme c’est le cas actuellement.

Il a été démontré que cela a le même effet destructeur sur la tumeur ciblée, mais cause beaucoup moins de dommages aux tissus sains environnants.

Avec la radiothérapie traditionnelle, « vous créez des dommages collatéraux », a déclaré Benjamin Fisch, responsable du transfert de connaissances au CERN. L’effet du traitement FLASH bref mais intense, a-t-il déclaré aux journalistes, est de « réduire la toxicité pour les tissus sains tout en endommageant correctement les cellules cancéreuses ».

FLASH a été utilisé pour la première fois sur des patients en 2018, sur la base d’accélérateurs linéaires médicaux actuellement disponibles, les linacs, qui fournissent des faisceaux d’électrons à faible énergie d’environ 6 à 10 MeV.

Cependant, à une énergie aussi faible, les faisceaux ne peuvent pas pénétrer profondément, ce qui signifie que le traitement très efficace n’a jusqu’à présent été utilisé que sur des tumeurs superficielles, comme dans les cancers de la peau.

Mais les physiciens du CERN collaborent désormais avec le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) de Lausanne pour construire une machine capable de délivrer un faisceau d’électrons de 100 à 200 MeV, ce qui permettrait de détruire des tumeurs beaucoup plus difficiles à atteindre.

– Changement de paradigme –

Les tumeurs cancéreuses profondes qui ne peuvent être traitées ni par la chirurgie, la chimiothérapie ou la radiothérapie traditionnelle, sont souvent considérées comme des arrêts de mort.

« Ce sont (les cancers) qu’on ne guérit pas pour le moment qui seront les cibles », a déclaré à l’AFP le professeur Jean Bourhis, chef du service de radiologie du CHUV. Pour ces cancers « qui peuvent représenter un tiers des cas, cela pourrait changer la donne », dit-il.

Les chercheurs espèrent notamment que la méthode FLASH, avec son impact beaucoup moins nocif sur les tissus environnants, pourrait permettre de s’attaquer à des tumeurs logées dans le cerveau ou à proximité d’autres organes vitaux.

– Compact –

L’un des défis consiste à rendre le puissant accélérateur suffisamment compact pour tenir à l’intérieur d’un hôpital.

Au CERN, une grande galerie a été dédiée à l’accélérateur CLEAR, qui nécessite 20 mètres pour pousser les électrons jusqu’au niveau d’énergie requis, et 20 mètres supplémentaires pour conditionner, mesurer et délivrer le faisceau.

Mais Roberto Corsini estime que le CERN a le savoir-faire pour « accélérer dans un espace beaucoup plus compact ». Le prototype en cours de conception avec le CHUV aura pour objectif de faire le travail avec une machine de 10 mètres.

Selon M. Corsini, cette solution, « réduit les coûts, réduit la consommation d’énergie et la variabilité, et vous pouvez facilement l’installer dans un hôpital sans avoir à construire tout un bâtiment ».

La construction du prototype devrait commencer en février 2023 et les essais cliniques sur les patients pourraient commencer en 2025, a déclaré le docteur Bourhis, « si tout se passe bien ».

Photo : Roberto Corsini, coordinateur du laboratoire CLEAR, au coeur du CERN, à Meyrin (Suisse) le 17 octobre 2022Elodie LE MAOU

Crédits : RTL Info

Le cancer du sein, c’est quoi ?

Cancer du sein

En octobre, tous les regards sont braqués sur le cancer du sein. À raison car ce cancer touche plus de 11 000 personnes en Belgique par an, ce qui en fait le deuxième cancer le plus fréquent chez les Belges. Mais, c’est quoi en fait un cancer du sein ? Le Pr François Duhoux, Chef de clinique associé au service d’oncologie médicale des Cliniques universitaires Saint-Luc, et le Pr François Fuks, Directeur du laboratoire d’épigénétique à l’ULB et Promoteur Télévie, ont répondu à nos questions.

Quels sont les différents types de cancer du sein ?

Il existe plusieurs types de cancers du sein comme le carcinome canalaire. Celui-ci se décline sous deux formes : in situ et infiltrant. Le carcinome canalaire in situ se développe via une tumeur qui atteint les canaux du sein transportant le lait. Le carcinome canalaire infiltrant se développe via une tumeur qui atteint les mêmes canaux mais qui va également s’étendre aux tissus mammaires. C’est le cancer du sein le plus commun.

Un autre type de cancer du sein est le carcinome lobulaire. Les carcinomes lobulaires ne se développent pas via une tumeur mais directement dans les glandes mammaires. Le carcinome lobulaire in situ se limitera aux glandes mammaires, tandis que le carcinome lobulaire infiltrant s’étendra aux tissus mammaires.

Comment soigne-t-on un cancer du sein ?

Pour soigner un cancer du sein, il faut connaitre son sous-type. Toutes les tumeurs sont différentes mais on peut les regrouper dans trois grandes catégories : les cancers du sein hormonodépendants, les cancers du sein HER2 surexprimés ou les cancers du sein triple négatifs. Selon le Pr Fuks, c’est en définissant le sous-type du cancer que les oncologues pourront trouver le traitement adapté. « Le but ultime, c’est de pouvoir à un moment détecter et traiter chaque personne, chaque patiente atteinte d’un cancer du sein. »

Les cancers du sein hormonodépendants sont les plus fréquents chez les femmes ménopausées. Les patients vont d’abord subir une chirurgie pour retirer la tumeur, et seront ensuite traités avec une chimiothérapie ou une radiothérapie. Ils pourront également devoir prendre une hormonothérapie pendant plusieurs années.

Les cancers du sein HER2 surexprimés sont qualifiés de cancers agressifs, néanmoins il existe de très bons traitements pour combattre ces cancers comme les thérapies ciblées.

Les cancers du sein triple négatifs apparaissent plus souvent chez les femmes jeunes qui ont des prédispositions génétiques. C’est un cancer rare mais qui peut envoyer beaucoup de métastases dans le corps. Le Pr Duhoux explique « C’est les plus dangereux parce qu’en fait, on a beaucoup moins de traitements disponibles pour ces cancers-là » En effet, jusqu’à il y a peu, seules la chirurgie et la chimiothérapie pouvaient être utilisées contre ce cancer. On peut à présent aussi utiliser l’immunothérapie, dans certains cas sélectionnés.

Comment développe-t-on un cancer du sein ?

Le développement d’un cancer du sein peut prendre plusieurs années. Dans la plupart des cas, une petite tumeur va apparaitre sur le sein et va grandir de plus en plus. Les personnes touchées par un cancer du sein vont avoir différents symptômes comme une masse dure dans un sein aux contours irréguliers, des ganglions gonflés et durs au niveau de l’aisselle, des écoulements au niveau d’un des deux mamelons ou encore une modification du mamelon ou de la peau du sein.

Comment détecter un cancer du sein ?

Les médecins vont procéder à une palpation de la poitrine pour détecter une éventuelle tumeur, ils vont aussi demander une mammographie ou une échographie. Il est également conseillé aux femmes de pratiquer l’autopalpation. Le Pr Duhoux revient sur l’importance du dépistage. « Ce qu’on essaye de faire par le dépistage, c’est de le détecter le plus tôt possible parce qu’on sait qu’au plus il est pris tôt, au plus on a de chances d’en guérir. » En effet, un cancer du sein détecté à un stade précoce n’aura pas encore eu le temps d’envoyer des métastases à d’autres endroits du corps.

Quelles sont les personnes le plus à risque ?

Les femmes sont évidemment plus touchées par ce cancer. Surtout si elles ont plus de 50 ans.  Mais le Pr Duhoux tient à rappeler que les hommes sont à risque également. « Il y a à peu près 11 000 nouveaux cas de cancer du sein en Belgique chaque année, et sur les 11 000 il y a à peu près une centaine d’hommes ». Il existe des cas de cancers du sein chez les jeunes adultes, mais cela reste très rare.  Il y aussi une dimension génétique dans le cas de ce cancer. Si vous avez des antécédents de cancer du sein ou de cancer des ovaires dans votre famille, il est conseillé de consulter son médecin plus régulièrement. Les personnes qui prennent des traitements hormonaux de substitution, les femmes qui ont eu leurs règles jeunes, les femmes ménopausées tardivement ou les femmes qui sont tombées enceintes tardivement sont également plus concernées.

Est-ce que la recherche a aidé à faire avancer les traitements contre les cancers du sein ?

De nos jours, 90% des personnes touchées par un cancer du sein guérissent. Le taux de guérison du cancer du sein a fort augmenté ces dernières années car des patients ont pu participer à des études et ont pu profiter de traitements expérimentaux. Ces traitements se sont montrés si efficaces qu’ils sont utilisés maintenant dans les protocoles de traitements contre le cancer du sein.

Et parfois, certains traitements trouvés pour soigner d’autres cancers se montrent également efficaces. Un traitement utilisé pour combattre le mélanome est en train d’être testé pour combattre le cancer du sein. Le Pr Fuks rajoute « Il y a quelques mois on pensait que ça ne fonctionnerait peut-être pas dans d’autres cancers tels que le cancer du sein, et il y a des résultats intéressants. »

Quel est le futur du cancer du sein ?

Le Pr Duhoux est optimiste « Dans 30 ans, j’espère ne plus avoir de travail. » En effet, les chercheurs comprennent de mieux en mieux les mécanismes du cancer du sein et les cellules cancéreuses. Ils arriveront un jour à comprendre pourquoi elles résistent aux traitements.

Les métastases sont également étudiées. Comment faire en sorte qu’elles ne se propagent plus du sein au reste du corps ? C’est la question que se pose l’équipe du Professeur Fuks. Tous les jours, ils effectuent des recherches sur ce sujet en épigénétique.

Même s’ils sont peu fréquents, les cas de récidives de cancers du sein existent. Beaucoup de recherches existent également sur ce sujet. Pour le Pr Fuks « Le Télévie contribue beaucoup à ce genre de recherche et je pense que ça c’est aussi essentiel. »  

C’est quoi « les lymphomes » ?

Représentant près de la moitié des cancers du sang, les lymphomes sont des cancers complexes. Il en existe plus de 80 différents ! Ils sont généralement localisés dans les ganglions mais ils peuvent atteindre tous les organes du corps. Stefan Constantinescu, Professeur ordinaire à l’UCLouvain, Promoteur de projets Télévie et Président de la Fédération des académies européennes de médecine, et Sarah Bailly, hématologue, ont répondu conjointement à nos questions.

Qu’est-ce qu’un lymphome ?

Le lymphome est un cancer du sang. Il touche des cellules du système immunitaire, les globules blancs, qui circulent dans le sang et dans les ganglions. Le système immunitaire permet à notre corps de se défendre contre tout ce qui peut l’agresser. Il est composé de différentes cellules immunitaires dont les globules blancs. Dans le cas du lymphome, certains globules blancs, les globules blancs lymphocytes, vont présenter des anomalies. Au lieu d’être supprimés naturellement par le corps, les globules blancs lymphocytes anormaux vont survivre et se multiplier. Cela crée un cancer. Mais comment peut-on savoir que l’on souffre d’un lymphome ? Le Pr Constantinescu et le Dr Bailly répondent « Généralement, à cause de la prolifération des lymphocytes malades, le lymphome entraîne une augmentation anormale de la taille des ganglions lymphatiques. ». Par ailleurs, les lymphomes peuvent aussi atteindre toutes les parties du corps. En effet, les globules blancs lymphocytes circulent dans tout notre corps via le sang et la lymphe. Les cellules cancéreuses peuvent donc toucher les ganglions, les amygdales, la rate, l’estomac, la peau, les os, la moelle osseuse et le sang.

Existe-t-il différents types de lymphomes ?

On peut classer les lymphomes en deux grands groupes : les lymphomes Hodgkiniens et les lymphomes non-Hodgkiniens. Les lymphomes Hodgkiniens sont caractérisés par la présence d’une cellule, la cellule de Reed Sternberg. Ce lymphome touche en particulier les jeunes adultes, âgés d’entre 20 et 40 ans.  Tous les autres lymphomes où la cellule de Reed Sternberg n’est pas présente sont appelés les lymphomes non-Hodgkiniens. Il en existe environ 80 différents. Ils touchent généralement les personnes de plus de 60 ans. Chaque type de lymphome non-Hodgkinien sera localisé à un endroit différent, aura une agressivité différentes, touchera certaines cellules,.. « Il est crucial de déterminer le sous-type exact du lymphome car l’évolution de la maladie et les traitements peuvent être très différents. » nous expliquent le Pr Constantinescu et le Dr Bailly.

Comment développe-t-on un lymphome ?

Dans la majorité des cas, les scientifiques ne savent pas pourquoi le corps développe un lymphome. Certains facteurs de risques sont connus, comme l’exposition aux pesticides, certaines infections virales ou la baisse d’immunité. C’est là que se situe le travail du Pr Constantinescu « Un des objectifs de la recherche est d’essayer de mieux comprendre les causes du lymphome. »

Comment détecter les lymphomes ?

Le diagnostic du lymphome dépend de sa localisation et des symptômes présentés par le patient. Lorsqu’on présente de la fièvre, un ganglion qui a augmenté de volume ou encore une perte de poids inexpliquée, les médecins vont réaliser des examens supplémentaires pour vérifier la présence ou non d’un lymphome. « Le bilan comporte généralement une prise de sang, un examen de la moelle, des scanners, une biopsie de ganglion et de l’organe touché. » rajoute le Dr Bailly.

Est-il possible de prévenir l’apparition des lymphomes ?

Il est possible de lutter contre certains facteurs de risque mais à l’heure actuelle il n’est pas vraiment possible de prévenir l’apparition des lymphomes.

Est-ce que la recherche a aidé à faire avancer les traitements contre les lymphomes ?

Grâce à la recherche, les traitements des lymphomes ont énormément évolué ces dernières années. Même si la chimiothérapie reste pour l’instant le traitement de base du lymphome, il existe beaucoup d’autres pistes de traitements comme l’immunothérapie ou les traitements ciblés « qui ciblent uniquement les cellules malades et comportent donc moins d’effets secondaires. » expliquent le Pr Constantinescu et le Dr Bailly. 

Quel est le futur des lymphomes ?

Le Professeur Constantinescu et le Dr Bailly sont optimistes. « Nous espérons pouvoir guérir de plus en plus de malades grâce à l’avancée de la recherche, et peut-être pouvoir nous passer définitivement de la chimiothérapie qui comporte encore beaucoup d’effets secondaires. » La recherche permet en effet de trouver de nouveaux traitements mais également d’étudier ce cancer et d’en connaitre mieux les causes. Il sera peut-être bientôt possible de prévenir l’apparition des lymphomes. 

Quelle est la différence entre les leucémies et les lymphomes ?

Les leucémies et les lymphomes sont tous les deux des cancers du sang. Comme dit plus haut, le lymphome est un cancer du globule blanc lymphocyte. La plupart du temps, il est localisé dans les ganglions. La leucémie, elle, est un cancer d’un autre globule blanc, le globule blanc neutrophile. Elle est localisée dans le sang et la moelle osseuse.  « Il s’agit dans tous les cas d’une maladie très agressive traitée par des chimiothérapies de longue durée, et souvent des greffes de la moelle. » rajoutent le Pr Constantinescu et le Dr Bailly. Selon la Voixdupatient.fr, les leucémies et les lymphomes sont les formes les plus fréquentes de cancers pédiatriques.

Existe-t-il une prédisposition génétique ?

Il n’existe pas de prédisposition génétique au développement d’un lymphome. Certains gènes « pro-cancers » sont transmis par les parents et peuvent augmenter le risque de souffrir d’un cancer, dont les lymphomes. Mais s’il y a eu un cas de lymphome de votre famille, vous n’avez pas plus de risque de développer un lymphome que quelqu’un qui n’a pas d’antécédents familiaux. Le Pr Constantinescu et le Dr Bailly rappellent « Encore une fois, la recherche est cruciale pour déterminer l’existence de potentiels facteurs de prédisposition, ce qui permettrait d’améliorer la prise en charge de ces patients. »

Voici les deux facteurs principaux responsables des cancers dans le monde

Près de la moitié des cancers mondiaux sont attribuables à un facteur de risque donné, dont en premier lieu le tabac et l’alcool, conclut une gigantesque étude publiée vendredi, insistant sur l’importance des mesures de prévention sans en faire une panacée. « Selon notre analyse, 44,4% des morts par cancer dans le monde (…) sont attribuables à un facteur de risque qui a été mesuré », avance cette étude, publiée dans le Lancet et réalisée dans le cadre du Global Burden of Disease.

Ce vaste programme de recherche, financé par la fondation Bill Gates, est d’une ampleur sans équivalent, impliquant plusieurs milliers de chercheurs dans la majeure partie des pays du monde.

Ce travail permet donc de connaître plus en détail les facteurs de risques selon les régions du monde même si, dans l’ensemble, ses conclusions confirment ce qui était déjà connu: le tabac est de loin le principal élément ayant favorisé un cancer (33,9%), suivi par l’alcool (7,4%). Surtout, ces conclusions plaident pour accorder une grande place à la prévention en matière de santé publique, puisque nombre de ces facteurs de risques se rapportent à des comportements qui peuvent être changés ou évités.

Toutefois, une grosse moitié de cancers ne sont pas attribuables à un facteur de risque donné, ce qui montre que la prévention ne suffit pas.

Celle-ci, selon les auteurs, doit donc s’accompagner de deux autres piliers: un diagnostic suffisamment précoce et des traitements efficaces.

Dans un commentaire indépendant, publié dans la même édition du Lancet, deux épidémiologistes ont appuyé ces conclusions, estimant également que l’étude souligne l’importance de la prévention.

Ces deux commentateurs, Diana Sarfati et Jason Gurney, ont toutefois appelé à ne pas forcément prendre pour argent comptant la précision des estimations données, remarquant que le recueil des données est par nature sujet à de nombreuses insuffisances dans plusieurs pays.

Source : RTL Info

Inspectez vos grains de beauté avec la méthode ABDCE

Pour dépister d’éventuels mélanomes, il est recommandé d’effectuer une visite de contrôle par an chez son dermatologue. Néanmoins, vous pouvez procéder régulièrement à une auto-examination de votre peau. Cédric Blanpain, chercheur et Promoteur Télévie, vous explique la méthode dite « ABCDE ».

  • A pour Asymétrie. Le grain de beauté doit être symétrique. Il faut que les deux moitiés de votre grain de beauté se ressemblent. S’il devient asymétrique, il est conseillé de prendre rendez-vous chez votre dermatologue. Le Pr Blanpain ajoute « Donc si c’est rond et parfaitement symétrique, c’est déjà de meilleur pronostic que si c’est asymétrique. »
  • B pour Bords irréguliers. Les bords d’un grain de beauté sain doivent être réguliers. Cela doit avoir la forme d’un beau rond. Le Pr Blanpain explique « Si ça commence à être dentelé, ça veut dire qu’il y a de l’invasion, ce n’est pas bon. »
  • C pour Couleur inhomogène. La couleur de votre grain de beauté doit être homogène. Si celui-ci est noir, avec des variations de bruns et non pigmenté, il est recommandé d’aller chez votre dermatologue pour le faire inspecter.
  • D pour Diamètre. Le diamètre idéal d’un grain de beauté est de moins de 6mm.
  • E pour Evolution. Selon le Pr Blanpain, l’évolution est le paramètre le plus important à vérifier. Que votre grain de beauté soit rond et régulier ou rond et irrégulier, il n’est pas dangereux tant qu’il ne se modifie pas. Le Pr Blanpain donne un exemple « J’ai un grain de beauté que je ne voyais pas, et la semaine dernière, je l’ai vu apparaître. Et en une semaine ou en deux, il a grandi ».  Dans ces cas-là, il faut se rendre chez son dermatologue.

Le petit guide pratique de la crème solaire

Pour se protéger du soleil et des éventuelles conséquences néfastes des rayons UVA et UVB, la solution est simple : mettre de la crème solaire. Mais quelle crème faut-il acheter ? Quelle protection est-elle conseillée ? Et les perturbateurs endocriniens dans tout ça ? Le Dr Walon, dermatologue, et le Dr Blouard, dermatologue et membre de l’Euromelanoma, vous conseillent.

  • Il faut acheter la crème solaire en pharmacie. Le Dr Walon justifie « Les crèmes vendues en pharmacie ont été testées dermatologiquement. » Il existe donc moins de risques de faire une réaction allergique aux composants.
  • Il est conseillé de prendre un écran 50 avec une protection contre les UVA et les UVB. C’est un plus s’il y a aussi une protection contre la lumière bleue. Le Dr Blouard insiste « 50 c’est idéal, en-dessous de 30, ça ne sert à rien, ce n’est même plus un écran. 30 c’est discutable. » Pour les personnes à peau claire, il est recommandé de garder une protection 50 tout le temps. Pour les personnes ayant une peau plus foncée, il est possible de commencer par une protection 50 et utiliser ensuite une protection 30.
  • Il est important de renouveler l’application de la crème solaire toutes les deux heures et après chaque baignade.
  • Certaines zones sont souvent oubliées, comme l’explique le Dr Blouard. « Bien mettre sur le dos des mains, le dos des pieds, les oreilles, dans la nuque. » Il est important de ne pas négliger ces endroits car les carcinomes basocellulaires et épidermoïdes apparaissent généralement sur les zones exposées.
  • « Attention, si vous êtes bronzé grâce à votre auto-bronzant, vous n’êtes pas protégé. » Selon le Dr Blouard, c’est une fausse croyance de croire que votre peau est protégée du soleil si vous êtes bronzé grâce à une crème auto-bronzante. Vous devez quand même appliquer une protection solaire, 50 ou 30.
  • Ne pas s’exposer aux heures les plus chaudes, entre 12h et 16h. C’est lors de cette tranche horaire qu’il est le plus fréquent d’attraper un coup de soleil.
  • Qu’en est-il des perturbateurs endocriniens contenus dans les crèmes solaires ? Selon le Dr Walon, il faut mesurer le risque. « Le risque du cancer de la peau en ne mettant pas de crème solaire est bien supérieur aux risques de troubles éventuels provoqués par les perturbateurs endocriniens. » De plus, les perturbateurs endocriniens ne se développent qu’à partir du moment où vous ouvrez votre crème solaire. C’est pour cela qu’il est déconseillé de réutiliser sa crème solaire d’une année à l’autre.

Le cancer de la peau, c’est quoi ?

Souvent associé à un grain de beauté qui dégénère, le cancer de la peau est en fait beaucoup plus complexe que cela. Pourtant, il existe des moyens simples de s’en protéger. Nous avons interrogé trois experts du sujet pour nous éclairer sur ce cancer cutané : le chercheur et Promoteur Télévie Cédric Blanpain, la dermatologue Laurence Walon et la dermatologue et membre du bureau de l’Euromelanoma Bernadette Blouard.

Quels sont les différents types de cancer de la peau ?

Il existe plusieurs types de cancers de la peau. Les trois plus fréquents s’appellent le carcinome basocellulaire, le carcinome épidermoïde et le tristement célèbre mélanome.

Le carcinome basocellulaire se présente sous la forme d’une tumeur sur la peau. Cédric Blanpain, chercheur et Promoteur Télévie, nous explique : « Le carcinome basocellulaire est de loin le cancer le plus fréquent chez l’Homme. On considère qu’environ une personne sur six ou une personne sur cinq (…) va développer un carcinome basocellulaire dans sa vie ». Détecté à un stade précoce, ce carcinome basocellulaire n’est pas grave dans la très grande majorité des cas car il ne donne pas de métastases. Celles-ci sont rapportées dans environ 0,1% des cas. Le traitement consiste en une simple opération, le dermatologue doit juste enlever la tumeur. Un bon traitement chirurgical est très important car un carcinome basocellulaire peut envahir la profondeur de la peau et récidiver.

Anciennement appelé carcinome spinocellulaire, le carcinome épidermoïde touche un million de personnes à travers le monde. Le Docteur Blouard, dermatologue et membre du bureau de l’Euromelanoma, explique « il se développe sur une lésion précancéreuse qui est bénigne mais qui peut dégénérer : la kératose actinique. » Celle-ci se présente sous forme de petite croûte qu’on retrouve sur les zones les plus exposées au soleil : le décolleté, le visage, le cuir chevelu,… Le carcinome épidermoïde peut donner des métastases dans 1% des cas. 99% des carcinomes épidermoïdes bénéficient d’un traitement local.

Mais le cancer de la peau le plus virulent et mortel reste le mélanome. Celui-ci provient des mélanocytes, des petites tâches que l’on a sur la peau. Peu importe leur taille, ces mélanomes peuvent donner des métastases très agressives. Un patient peut mourir de ce cancer dans les quelques mois ou quelques années après le diagnostic. Cédric Blanpain prévient « Il faut toujours être extrêmement vigilant avec les mélanomes (…) et ne pas attendre que la tumeur ait 2 cm de diamètre avant d’agir. » Le mélanome apparait dans 80% des cas sur une peau saine, il n’y a que dans 20% des cas qu’il est lié à un grain de beauté existant. 

Le Registre du cancer rapporte qu’il y a chaque année plus de 70.000 nouveaux cas de cancers en Belgique. Il s’agit en fait de cancers potentiellement mortels. Parmi les cancers de la peau, seuls les mélanomes sont repris dans ces statistiques. Ceux-ci représentent 4% des cancers potentiellement mortels donc dont 90 % sont diagnostiqués au stade précoce. Le taux de survie à 5 ans est de plus de 90%. Même si une tumeur ou un cancer n’est pas potentiellement mortel, cela entraine une morbidité auprès des personnes concernées (anxiété, traitements chirurgicaux, complications rares,…). La prévention et le diagnostic précoce ont donc toute leur place et c’est d’autant plus vrai pour les mélanomes.

« Plus un cancer cutané est pris en charge tôt, plus on en guérit » Dr Walon

Comment développe-t-on un cancer de la peau ?

Selon le Docteur Walon, dermatologue, le cancer de la peau peut dépendre de l’âge mais également du capital UV entamé. Les dix premières années de vie sont les plus cruciales, elles peuvent déterminer un risque à long terme au niveau du cancer cutané. « Le risque le plus important, il est réalisé lors des dix premières années de vie d’un enfant d’exposition solaire ».

« Le soleil est un facteur stimulant extrêmement important mais qui n’est pas obligatoire. » En effet, comme l’explique le Dr Blouard, certaines personnes peuvent avoir un cancer de la peau sur des zones qui n’ont pas été exposées au soleil.

Quelles sont les personnes les plus à risque ?

Tous les scientifiques interrogés sont unanimes : les personnes avec des phototypes très clairs, les patients roux, blonds avec une peau claire sont des personnes à risque. Mais il n’y a pas qu’eux. Si vous souffrez du syndrome du naevus atypique, si vous avez des antécédents de cancer de la peau dans la famille, ou si vous avez vécu dans des pays ensoleillés étant enfant, vous avez également plus de risques de développer un cancer de la peau. 

Comment détecter un cancer de la peau ?

Selon le Docteur Walon, dermatologue, l’auto-examen est un geste très important à avoir. « Il permet de détecter des lésions qui pourraient éventuellement se multiplier et changer. » Elle conseille à ses patients de se faire aider par un membre de leur famille pour les zones difficiles à inspecter. Il ne faut pas oublier les zones peu visibles : le dos, l’arrière des oreilles, le cuir chevelu, les zones génitales ou encore entre les orteils.  En effet, les cancers de la peau peuvent se manifester à tous les endroits du corps, même ceux qui ne sont pas exposés au soleil car le soleil est un facteur responsable du cancer de la peau mais il n’est pas le seul. Si on détecte une lésion qui se serait modifiée ou une plaie qui ne guérit pas, il faut aller consulter un dermatologue.

Comment prévenir le cancer de la peau ?

Il ne faut pas s’exposer directement au soleil ou se mettre sur un transat pour accumuler des UV. 80% de notre exposition solaire provient de notre vie quotidienne : sortir, aller dans sa voiture, faire ses courses, … Le Docteur Blouard ajoute « Les pires vacances, c’est la Côte belge car il y a du vent et des nuages, on pense ne pas être exposé mais on l’est ». Pour se protéger de cette exposition silencieuse, il faut mettre de la crème solaire idéalement 365 jours par an sur les zones les plus exposées.

Au printemps ou en été, les dermatologues recommandent d’utiliser une crème solaire indice 50, de renouveler son application toutes les 2-3 heures et après chaque baignade. N’oubliez pas le dos des mains, le dos des pieds, les oreilles ou encore la nuque. Il faut également éviter de s’exposer aux heures chaudes, entre 12h et 16h. « Je conseille de porter un chapeau ou un bob plutôt qu’une casquette car la casquette ne couvre pas les oreilles », souligne le Docteur Blouard.

Est-ce que la recherche a aidé à faire avancer les traitements contre le cancer de la peau ?

En 30 ans, la recherche a énormément évolué. Des cancers de la peau qui étaient létaux à l’époque sont maintenant guérissables. Le carcinome basocellulaire, par exemple, peut être traité grâce à un traitement local d’immunothérapie. L’immunothérapie est aujourd’hui le traitement de choix pour les mélanomes métastatiques. La photothérapie dynamique permet de traiter certains carcinomes basocellulaires. Ce n’est pas parce que la recherche avance bien qu’on a trouvé la solution miracle pour sauver la peau. Le Professeur Blanpain et son équipe étudient tous les jours les cancers cutanés. « On comprend de mieux en mieux comment les cancers se développent, comment les cancers grandissent, comment les cancers se disséminent à distance. » La recherche sur les mélanomes reste indispensable car certains patients résistent à l’immunothérapie et aux médicaments ciblés. Quant aux recherches sur les carcinomes basocellulaires et les carcinomes épidermoïdes sont utiles pour la recherche fondamentale et pour servir de modèles pour les recherches sur d’autres types de cancers ou maladies.

« Le Télévie a un rôle capital dans le soutien à la recherche », Dr Blouard.

Quel est le futur du cancer de la peau ?

Les scientifiques s’attendent à voir le nombre de cancers de la peau augmenter dans les prochaines années. Pourquoi ? Car les personnes qui s’exposaient au soleil auparavant ne se protégeaient pas contre les rayons. Dans les années 60 ou 70, peu de personnes mettaient de la crème solaire. Selon le Dr Blouard, « le soleil est une bombe à retardement. » Heureusement, les campagnes de prévention commencent à porter leur fruit et tout le monde connait l’importance des gestes à avoir contre les effets négatifs du soleil. On s’attend donc à voir une baisse du nombre de cancers de la peau dû au soleil dans vingt ou trente ans.

Avec l’aimable collaboration scientifique du Professeur Jacques Boniver.

Télévie 2022: comment les dons sont-ils alloués à la recherche ?

Ce lundi 23 mai, la commission scientifique du Télévie se réunissait pour déterminer quels projets seront soutenus par la générosité des donateurs. Comment ces projets sont-ils choisis ? En direct de notre journal de 13H, Véronique Halloin, Secrétaire générale du Fonds de la recherche scientifique (FNRS),est revenu sur cette réunion du comité  scientifique qui se tenait aujourd’hui.

Cette année, le Télévie a permis de récolter 10.039.185 euros qui seront alloués à la lutte contre le cancer. Pour ce faire, le FNRS a lancé un appel à projet auprès des chercheurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles et du Luxembourg. 154 dossiers ont ainsi été déposés. « Parmi eux, des demandes de financement réalisées par des doctorants et des post-doctorants, ou encore des projets de recherches inter-universitaires« , explique Véronique Halloin.

Comment les projets sont-ils sélectionnés?

Le FNRS dispose d’une commission scientifique en charge de décider quels dossiers seront sélectionnés. Cette commission scientifique est composée d’une vingtaine d’experts, dont la moitié internationaux. Ces experts ont alors moins d’un mois pour analyser et étudier les dossiers. À l’issue de cette analyse, la commission soumet une cotation pour chaque dossier. Le FNRS s’appuie ainsi sur cette base pour préparer un pré-classement, qui sera de nouveau remis à la commission pour un classement final.

Les projets ainsi classés bénéficieront du financement tour à tour. « Nous suivrons ce classement jusqu’à l’épuisement de la somme récoltée durant l’événement, soit un peu plus de 10 millions d’euros », précise Véronique Halloin.

Enfin, les dossiers seront ensuite examinés par le conseil d’administration du FNRS. Les projets retenus seront communiqués le premier octobre.

Les projets présentés cette année portent sur de nombreux sujets de pointe, tels que le fonctionnement des cellules dans le cadre de l’immunothérapie ou encore l’environnement cellulaire propice au développement d’un cancer.

Crédits : RTL Info

Il y a 17 ans, Laurent bénéficiait d’une bourse Télévie : que lui ont permis ses années de recherche ?

Depuis sa création en 1989, le Télévie a financé le travail de plus de 2.500 scientifiques. Laurent Paul a bénéficié d’une bourse en 2005. Il est aujourd’hui à la tête d’une start-up active notamment dans la lutte contre le cancer et collabore avec les hôpitaux. 

Aujourd’hui à la tête d’ une start-up florissante, Laurent a commencé sa carrière en tant que chercheur pour le Télévie, il y a 17 ans. « Ça a duré 4 ans. C’est la durée classique d’une bourse Télévie. Le sujet était ‘Le traitement chirurgical des tumeurs osseuses », explique-t-il. 

Ces années de recherche lui ont permis de poser les bases de 3D-Side, une start-up qu’il a cofondée quelques années plus tard. « Aujourd’hui, on utilise encore mais les algorithmes et les les logiciels que j’avais développés à l’époque. On est une vingtaine de collaborateurs et on commence à distribuer nos produits aux Etats-Unis », indique le fondateur. 

L’une des missions de cette start-up wallonne: créer des « guides de coupe », des instruments sur mesure utilisés par les chirurgiens pour ôter avec précision les tumeurs implantées dans les os. « Ce sont des pièces d’imprimante 3D qu’on utilise pour des chirurgies tumorales, pour découper les tumeurs osseuses. C’est simplement un instrument en plastique qui permet de guider la lame de scie du chirurgien », souligne Laurent Paul. 

Pour réaliser ces instruments, la société a développé son propre logiciel. Il lui permet d’échanger avec le chirurgien sur le cas précis du patient et de planifier le traitement. les instruments sont ensuite créés dans le sous-sol de l’entreprise et grâce à une imprimante 3D. « Elle permet de faire l’impression en 3D des pièces. Donc c’est sur base de poudre. Un laser vient fusionner la poudre, couche par couche », éclaire le créateur.

Il faut compter un centimètre réalisé par heure. L’instrument est ensuite nettoyé, sablé et stérilisé avant d’être envoyé dans les hôpitaux. Pierre-Louis Docquier, chirurgien spécialisé en orthopédie pédiatrique, travaille avec la start-up de Laurent depuis une dizaine d’années. « Grâce à cet outil, on obtient une précision millimétrique alors que lorsque l’on n’avait pas tous ces outils, on était plutôt sur une précision centimétrique qui et donc on risquait de de laisser une partie de la tumeur en place avec la conséquence d’avoir une récidive locale de la tumeur », éclaire le spécialiste. 

Le guide de coupe de 3D-side est désormais utilisé dans des hôpitaux aux quatre coins de l’Europe. Chez nous, il est remboursé à hauteur de 25% par l’Inami.

Crédits : RTL Info

Le chanteur Arno est décédé d’un cancer du pancréas

Le chanteur belge Arno est décédé ce samedi. Il luttait contre un cancer du pancréas depuis la fin de l’année 2019. Né à Ostende, Arno Hintjens avait 72 ans.

Jusqu’au bout, l’artiste a continué à travailler et à exercer sa passion, la musique. Il était encore sur scène en février et préparait un nouvel album, qui sortira donc à titre posthume.

Une voix et une gueule

Arno, c’était d’abord une voix brisée, noyée dans un fort accent ostendais. Une gueule aussi: de grands yeux d’enfant sur un look poivre et sel à la Gainsbourg, personnage auquel on le comparera toute sa vie.

Débuts en groupe

A sa naissance en 1949, Arnold Charles Ernest Hintjens comprend vite que sa vie sera anticonformiste, comme l’étaient ses parents. C’est avec un harmonica qu’il se lance à l’aube des années 70 en intégrant le groupe des Freckleface, puis les TC Matic. Jusqu’au milieu des années 80, ces avant-gardistes produisent plusieurs albums. « Putain putain » est l’un de leurs morceaux d’anthologie.

Arno est un bon vivant. Alcool, cigarettes et nuits interminables avec ses camarades musiciens. Il va même devenir un temps le cuisinier personnel de Marvin Gaye, venu se soigner sur la côte belge à l’aube des années 80.

La vie est belle, mais une carrière en solo le titielle. En 1986, il sort Arno, son premier album.

Écorché vif, son génie le mène sur les plus grandes scènes: l’Ancienne Belgique, la Cigale ou encore l’Olympia en 1996.

Au milieu des années 90, l’artiste sort son célébrissime « Les Yeux de ma mère ». Arno compte alors vingt années de carrière au compteur.

Le poète séduit également le cinéma à plusieurs reprises: Camping Cosmos, Alors voilà, et une participation à la bande originale de Merci la vie, de Bertrand Blier.

Le talent d’Arno devient indissociable du patrimoine belge. Le royaume lui décerne des prix, notamment celui de Chevalier des Arts et des Lettres, mais aussi Officier de l’Ordre de la Couronne.

Le roi Philippe avait reçu l’artiste en audience privée pour prendre de ses nouvelles au début 2022. Car Arno ne cachait pas qu’il était atteint d’un cancer du pancréas, le contraignant à annuler de nombreux concerts ces derniers mois.

Récemment, Arno s’était confié au Parisien, utilisant sa plus belle arme, l’humour, pour évoquer la mort. « Les fleurs sont trop chères. Je me suis dit que j’allais attendre pour crever« .

Crédits : RTL Info

Vos plus petits dons financent les grandes idées de nos chercheurs

Soutenez le Télévie

les grandes idées de nos chercheurs

Vos plus petits dons financent

Menu