Un resto Radio Contact au profit du Télévie avec Julien Lapraille aux fourneaux

Evènement : pour la première fois, Radio Contact vous ouvre les portes de son restaurant !

Un resto éphémère, le temps d’un Week-end au profit du Télévie.

Rendez-vous les 24 et 25 septembre à Hannut avec Julien Lapraille et l’équipe de Radio Contact.

Réservez vite vos places pour faire partie des privilégiés à déguster le menu spécial Feel Good de votre radio.

Attention, places limitées !

Pour vous inscrire : https://www.radiocontact.be/concours/radio-contact-vous-ouvre-les-portes-de-son-restaurant/

Informations

Adresse : Rue de Namur, 151 – 4280 Hannut

Prix du menu : 49 euros*

Les services

  • Samedi 24/09 – soir – dès 18h
  • Dimanche 25/09 – midi – dès midi
  • Dimanche 25/09 – soir – dès 18h

ATTENTION : Pour confirmer votre réservation un paiement vous sera demandé.

*Le paiement de l’inscription ne donne pas lieu à une déduction fiscale

Le Kids’ Rally Télévie est de retour à Temploux

Le Kids Rally Télévie (anciennement Stars rallye Télévie) fera son grand retour le dimanche 25 septembre au départ de Temploux. Ce rallye repose sur un concept simple, celui de donner un maximum de bonheur aux enfants malades. Ceux-ci pourront embarquer à bord d’une voiture de rêve.

Cette année, le Stars Rallye Télévie 2022 met toute son énergie pour garder l’ADN du
concept mais surtout pour séduire le grand public et récolter l’argent nécessaire afin de
faire avancer les recherches contre les maladies cancéreuses de nos petites têtes
blondes. Les plus petits dons financent le savoir de nos chercheurs.

Au volant d’une voiture électrique, les personnalités accompagnés d’un enfant malade
sillonneront à travers la campagne namuroise.
Pour les autres, ils auront le choix entre 2 parcours spécifiques en fonction du modèle
de la voiture.
• un parcours pour les GT : +/- 3h30
• un parcours pour les Classics & Young Timers : +/- 2h30
Le Stars Rallye Télévie c’est aussi prendre conscience de l’impact sur l’environnement en
rachetant l’empreinte carbone via W-Agency (reforestation de forêt en Belgique).

Voitures engagées:
• Une vingtaine de voitures électriques – hybrides toutes gammes confondues :
Mini Cooper Se, Fiat 500, BMW, Audi e-Tron, Lexus, Porsche, Mercedes,
Volvo, Polestar, Jaguar, Kia, Land Rover, Ford, Skoda, Suzuki, Honda, Toyota,
Renault, MG, …
• Les super cars seront présentes en expo statique :
Lamborghini, Bentley, Lotus Emira, Morgan, Ferrari, Aston Martin,
Maserati, Shelby Cobra, …

Pour cette édition, plusieurs personnalités du monde de la culture, du sport, du monde culinaire donneront de leur temps :
Thomas de Bergeyck, Mademoiselle Luna, Giovanni Bruno, Charlie Dupont, Michael Miraglia, Carlos Vaquera, Ulysse De Pauw, Gaëtan Bartosz, Didier de Radiguès, Éric Boschman, Frédéric Bouvy, Stephan van Bellinghen, Marc Duez…
Parrain et marraine de l’année dernière, Anne Ruwet et Alexandre Bouglione cèderont leur place à Vanina Ickx, pilote automobile, d’avion et ancienne cavalière, Vanina a déjà une longue carrière derrière elle…sa présence nous honneur.
Et Richard Ruben, humoriste bien de chez nous, entre théâtre, performance d’imitateur et standup, Richard et sa joie légendaire sera pour notre plus grand plaisir au rendez-vous.
Ensemble, ils auront la lourde tâche de motiver la présence du public le dimanche 25/09.

Sur place, l’encadrement des enfants sera assuré par l’association OHANA en collaboration
avec l‘Hôpital Des Enfants Reine Fabiola. L’objectif de l’asbl OHANA est de soutenir et apporter quelques moments de bonheur aux enfants malades ou porteurs de handicap en Belgique. Tout au long de l’année, OHANA organise différentes activités récréatives, culturelles ou sportives mais aussi des week-ends et voyages. Des activités qui permettront aux enfants de vivre des moments exceptionnels loin de leur quotidien souvent fort médicalisé. Pour rappel, la totalité de la somme récoltée durant l’événement, sera entièrement reversée à la recherche pour les enfants malades.

L’Aérodrome de Namur est situé au nord de la Province de Namur, à environ 7km du
centre-ville. Situé en plein champ à une altitude de 181m, l’aérodrome est familial,
dynamique et unique. Sur place, on pourra découvrir de nombreuses salles spacieuses, un Rooftop avec une vue à couper le souffle sur les pistes et le coucher de soleil. L‘Aérodrome a également une «Brasserie» avec une confortable terrasse. Le public pourra y déguster une carte gourmande. Adresse :
44, rue Capitaine Aviateur Jacquet
5020 Namur

C’est quoi « les lymphomes » ?

Représentant près de la moitié des cancers du sang, les lymphomes sont des cancers complexes. Il en existe plus de 80 différents ! Ils sont généralement localisés dans les ganglions mais ils peuvent atteindre tous les organes du corps. Stefan Constantinescu, Professeur ordinaire à l’UCLouvain, Promoteur de projets Télévie et Président de la Fédération des académies européennes de médecine, et Sarah Bailly, hématologue, ont répondu conjointement à nos questions.

Qu’est-ce qu’un lymphome ?

Le lymphome est un cancer du sang. Il touche des cellules du système immunitaire, les globules blancs, qui circulent dans le sang et dans les ganglions. Le système immunitaire permet à notre corps de se défendre contre tout ce qui peut l’agresser. Il est composé de différentes cellules immunitaires dont les globules blancs. Dans le cas du lymphome, certains globules blancs, les globules blancs lymphocytes, vont présenter des anomalies. Au lieu d’être supprimés naturellement par le corps, les globules blancs lymphocytes anormaux vont survivre et se multiplier. Cela crée un cancer. Mais comment peut-on savoir que l’on souffre d’un lymphome ? Le Pr Constantinescu et le Dr Bailly répondent « Généralement, à cause de la prolifération des lymphocytes malades, le lymphome entraîne une augmentation anormale de la taille des ganglions lymphatiques. ». Par ailleurs, les lymphomes peuvent aussi atteindre toutes les parties du corps. En effet, les globules blancs lymphocytes circulent dans tout notre corps via le sang et la lymphe. Les cellules cancéreuses peuvent donc toucher les ganglions, les amygdales, la rate, l’estomac, la peau, les os, la moelle osseuse et le sang.

Existe-t-il différents types de lymphomes ?

On peut classer les lymphomes en deux grands groupes : les lymphomes Hodgkiniens et les lymphomes non-Hodgkiniens. Les lymphomes Hodgkiniens sont caractérisés par la présence d’une cellule, la cellule de Reed Sternberg. Ce lymphome touche en particulier les jeunes adultes, âgés d’entre 20 et 40 ans.  Tous les autres lymphomes où la cellule de Reed Sternberg n’est pas présente sont appelés les lymphomes non-Hodgkiniens. Il en existe environ 80 différents. Ils touchent généralement les personnes de plus de 60 ans. Chaque type de lymphome non-Hodgkinien sera localisé à un endroit différent, aura une agressivité différentes, touchera certaines cellules,.. « Il est crucial de déterminer le sous-type exact du lymphome car l’évolution de la maladie et les traitements peuvent être très différents. » nous expliquent le Pr Constantinescu et le Dr Bailly.

Comment développe-t-on un lymphome ?

Dans la majorité des cas, les scientifiques ne savent pas pourquoi le corps développe un lymphome. Certains facteurs de risques sont connus, comme l’exposition aux pesticides, certaines infections virales ou la baisse d’immunité. C’est là que se situe le travail du Pr Constantinescu « Un des objectifs de la recherche est d’essayer de mieux comprendre les causes du lymphome. »

Comment détecter les lymphomes ?

Le diagnostic du lymphome dépend de sa localisation et des symptômes présentés par le patient. Lorsqu’on présente de la fièvre, un ganglion qui a augmenté de volume ou encore une perte de poids inexpliquée, les médecins vont réaliser des examens supplémentaires pour vérifier la présence ou non d’un lymphome. « Le bilan comporte généralement une prise de sang, un examen de la moelle, des scanners, une biopsie de ganglion et de l’organe touché. » rajoute le Dr Bailly.

Est-il possible de prévenir l’apparition des lymphomes ?

Il est possible de lutter contre certains facteurs de risque mais à l’heure actuelle il n’est pas vraiment possible de prévenir l’apparition des lymphomes.

Est-ce que la recherche a aidé à faire avancer les traitements contre les lymphomes ?

Grâce à la recherche, les traitements des lymphomes ont énormément évolué ces dernières années. Même si la chimiothérapie reste pour l’instant le traitement de base du lymphome, il existe beaucoup d’autres pistes de traitements comme l’immunothérapie ou les traitements ciblés « qui ciblent uniquement les cellules malades et comportent donc moins d’effets secondaires. » expliquent le Pr Constantinescu et le Dr Bailly. 

Quel est le futur des lymphomes ?

Le Professeur Constantinescu et le Dr Bailly sont optimistes. « Nous espérons pouvoir guérir de plus en plus de malades grâce à l’avancée de la recherche, et peut-être pouvoir nous passer définitivement de la chimiothérapie qui comporte encore beaucoup d’effets secondaires. » La recherche permet en effet de trouver de nouveaux traitements mais également d’étudier ce cancer et d’en connaitre mieux les causes. Il sera peut-être bientôt possible de prévenir l’apparition des lymphomes. 

Quelle est la différence entre les leucémies et les lymphomes ?

Les leucémies et les lymphomes sont tous les deux des cancers du sang. Comme dit plus haut, le lymphome est un cancer du globule blanc lymphocyte. La plupart du temps, il est localisé dans les ganglions. La leucémie, elle, est un cancer d’un autre globule blanc, le globule blanc neutrophile. Elle est localisée dans le sang et la moelle osseuse.  « Il s’agit dans tous les cas d’une maladie très agressive traitée par des chimiothérapies de longue durée, et souvent des greffes de la moelle. » rajoutent le Pr Constantinescu et le Dr Bailly. Selon la Voixdupatient.fr, les leucémies et les lymphomes sont les formes les plus fréquentes de cancers pédiatriques.

Existe-t-il une prédisposition génétique ?

Il n’existe pas de prédisposition génétique au développement d’un lymphome. Certains gènes « pro-cancers » sont transmis par les parents et peuvent augmenter le risque de souffrir d’un cancer, dont les lymphomes. Mais s’il y a eu un cas de lymphome de votre famille, vous n’avez pas plus de risque de développer un lymphome que quelqu’un qui n’a pas d’antécédents familiaux. Le Pr Constantinescu et le Dr Bailly rappellent « Encore une fois, la recherche est cruciale pour déterminer l’existence de potentiels facteurs de prédisposition, ce qui permettrait d’améliorer la prise en charge de ces patients. »

Voici les deux facteurs principaux responsables des cancers dans le monde

Près de la moitié des cancers mondiaux sont attribuables à un facteur de risque donné, dont en premier lieu le tabac et l’alcool, conclut une gigantesque étude publiée vendredi, insistant sur l’importance des mesures de prévention sans en faire une panacée. « Selon notre analyse, 44,4% des morts par cancer dans le monde (…) sont attribuables à un facteur de risque qui a été mesuré », avance cette étude, publiée dans le Lancet et réalisée dans le cadre du Global Burden of Disease.

Ce vaste programme de recherche, financé par la fondation Bill Gates, est d’une ampleur sans équivalent, impliquant plusieurs milliers de chercheurs dans la majeure partie des pays du monde.

Ce travail permet donc de connaître plus en détail les facteurs de risques selon les régions du monde même si, dans l’ensemble, ses conclusions confirment ce qui était déjà connu: le tabac est de loin le principal élément ayant favorisé un cancer (33,9%), suivi par l’alcool (7,4%). Surtout, ces conclusions plaident pour accorder une grande place à la prévention en matière de santé publique, puisque nombre de ces facteurs de risques se rapportent à des comportements qui peuvent être changés ou évités.

Toutefois, une grosse moitié de cancers ne sont pas attribuables à un facteur de risque donné, ce qui montre que la prévention ne suffit pas.

Celle-ci, selon les auteurs, doit donc s’accompagner de deux autres piliers: un diagnostic suffisamment précoce et des traitements efficaces.

Dans un commentaire indépendant, publié dans la même édition du Lancet, deux épidémiologistes ont appuyé ces conclusions, estimant également que l’étude souligne l’importance de la prévention.

Ces deux commentateurs, Diana Sarfati et Jason Gurney, ont toutefois appelé à ne pas forcément prendre pour argent comptant la précision des estimations données, remarquant que le recueil des données est par nature sujet à de nombreuses insuffisances dans plusieurs pays.

Source : RTL Info

Inspectez vos grains de beauté avec la méthode ABDCE

Pour dépister d’éventuels mélanomes, il est recommandé d’effectuer une visite de contrôle par an chez son dermatologue. Néanmoins, vous pouvez procéder régulièrement à une auto-examination de votre peau. Cédric Blanpain, chercheur et Promoteur Télévie, vous explique la méthode dite « ABCDE ».

  • A pour Asymétrie. Le grain de beauté doit être symétrique. Il faut que les deux moitiés de votre grain de beauté se ressemblent. S’il devient asymétrique, il est conseillé de prendre rendez-vous chez votre dermatologue. Le Pr Blanpain ajoute « Donc si c’est rond et parfaitement symétrique, c’est déjà de meilleur pronostic que si c’est asymétrique. »
  • B pour Bords irréguliers. Les bords d’un grain de beauté sain doivent être réguliers. Cela doit avoir la forme d’un beau rond. Le Pr Blanpain explique « Si ça commence à être dentelé, ça veut dire qu’il y a de l’invasion, ce n’est pas bon. »
  • C pour Couleur inhomogène. La couleur de votre grain de beauté doit être homogène. Si celui-ci est noir, avec des variations de bruns et non pigmenté, il est recommandé d’aller chez votre dermatologue pour le faire inspecter.
  • D pour Diamètre. Le diamètre idéal d’un grain de beauté est de moins de 6mm.
  • E pour Evolution. Selon le Pr Blanpain, l’évolution est le paramètre le plus important à vérifier. Que votre grain de beauté soit rond et régulier ou rond et irrégulier, il n’est pas dangereux tant qu’il ne se modifie pas. Le Pr Blanpain donne un exemple « J’ai un grain de beauté que je ne voyais pas, et la semaine dernière, je l’ai vu apparaître. Et en une semaine ou en deux, il a grandi ».  Dans ces cas-là, il faut se rendre chez son dermatologue.

Le petit guide pratique de la crème solaire

Pour se protéger du soleil et des éventuelles conséquences néfastes des rayons UVA et UVB, la solution est simple : mettre de la crème solaire. Mais quelle crème faut-il acheter ? Quelle protection est-elle conseillée ? Et les perturbateurs endocriniens dans tout ça ? Le Dr Walon, dermatologue, et le Dr Blouard, dermatologue et membre de l’Euromelanoma, vous conseillent.

  • Il faut acheter la crème solaire en pharmacie. Le Dr Walon justifie « Les crèmes vendues en pharmacie ont été testées dermatologiquement. » Il existe donc moins de risques de faire une réaction allergique aux composants.
  • Il est conseillé de prendre un écran 50 avec une protection contre les UVA et les UVB. C’est un plus s’il y a aussi une protection contre la lumière bleue. Le Dr Blouard insiste « 50 c’est idéal, en-dessous de 30, ça ne sert à rien, ce n’est même plus un écran. 30 c’est discutable. » Pour les personnes à peau claire, il est recommandé de garder une protection 50 tout le temps. Pour les personnes ayant une peau plus foncée, il est possible de commencer par une protection 50 et utiliser ensuite une protection 30.
  • Il est important de renouveler l’application de la crème solaire toutes les deux heures et après chaque baignade.
  • Certaines zones sont souvent oubliées, comme l’explique le Dr Blouard. « Bien mettre sur le dos des mains, le dos des pieds, les oreilles, dans la nuque. » Il est important de ne pas négliger ces endroits car les carcinomes basocellulaires et épidermoïdes apparaissent généralement sur les zones exposées.
  • « Attention, si vous êtes bronzé grâce à votre auto-bronzant, vous n’êtes pas protégé. » Selon le Dr Blouard, c’est une fausse croyance de croire que votre peau est protégée du soleil si vous êtes bronzé grâce à une crème auto-bronzante. Vous devez quand même appliquer une protection solaire, 50 ou 30.
  • Ne pas s’exposer aux heures les plus chaudes, entre 12h et 16h. C’est lors de cette tranche horaire qu’il est le plus fréquent d’attraper un coup de soleil.
  • Qu’en est-il des perturbateurs endocriniens contenus dans les crèmes solaires ? Selon le Dr Walon, il faut mesurer le risque. « Le risque du cancer de la peau en ne mettant pas de crème solaire est bien supérieur aux risques de troubles éventuels provoqués par les perturbateurs endocriniens. » De plus, les perturbateurs endocriniens ne se développent qu’à partir du moment où vous ouvrez votre crème solaire. C’est pour cela qu’il est déconseillé de réutiliser sa crème solaire d’une année à l’autre.

Le cancer de la peau, c’est quoi ?

Souvent associé à un grain de beauté qui dégénère, le cancer de la peau est en fait beaucoup plus complexe que cela. Pourtant, il existe des moyens simples de s’en protéger. Nous avons interrogé trois experts du sujet pour nous éclairer sur ce cancer cutané : le chercheur et Promoteur Télévie Cédric Blanpain, la dermatologue Laurence Walon et la dermatologue et membre du bureau de l’Euromelanoma Bernadette Blouard.

Quels sont les différents types de cancer de la peau ?

Il existe plusieurs types de cancers de la peau. Les trois plus fréquents s’appellent le carcinome basocellulaire, le carcinome épidermoïde et le tristement célèbre mélanome.

Le carcinome basocellulaire se présente sous la forme d’une tumeur sur la peau. Cédric Blanpain, chercheur et Promoteur Télévie, nous explique : « Le carcinome basocellulaire est de loin le cancer le plus fréquent chez l’Homme. On considère qu’environ une personne sur six ou une personne sur cinq (…) va développer un carcinome basocellulaire dans sa vie ». Détecté à un stade précoce, ce carcinome basocellulaire n’est pas grave dans la très grande majorité des cas car il ne donne pas de métastases. Celles-ci sont rapportées dans environ 0,1% des cas. Le traitement consiste en une simple opération, le dermatologue doit juste enlever la tumeur. Un bon traitement chirurgical est très important car un carcinome basocellulaire peut envahir la profondeur de la peau et récidiver.

Anciennement appelé carcinome spinocellulaire, le carcinome épidermoïde touche un million de personnes à travers le monde. Le Docteur Blouard, dermatologue et membre du bureau de l’Euromelanoma, explique « il se développe sur une lésion précancéreuse qui est bénigne mais qui peut dégénérer : la kératose actinique. » Celle-ci se présente sous forme de petite croûte qu’on retrouve sur les zones les plus exposées au soleil : le décolleté, le visage, le cuir chevelu,… Le carcinome épidermoïde peut donner des métastases dans 1% des cas. 99% des carcinomes épidermoïdes bénéficient d’un traitement local.

Mais le cancer de la peau le plus virulent et mortel reste le mélanome. Celui-ci provient des mélanocytes, des petites tâches que l’on a sur la peau. Peu importe leur taille, ces mélanomes peuvent donner des métastases très agressives. Un patient peut mourir de ce cancer dans les quelques mois ou quelques années après le diagnostic. Cédric Blanpain prévient « Il faut toujours être extrêmement vigilant avec les mélanomes (…) et ne pas attendre que la tumeur ait 2 cm de diamètre avant d’agir. » Le mélanome apparait dans 80% des cas sur une peau saine, il n’y a que dans 20% des cas qu’il est lié à un grain de beauté existant. 

Le Registre du cancer rapporte qu’il y a chaque année plus de 70.000 nouveaux cas de cancers en Belgique. Il s’agit en fait de cancers potentiellement mortels. Parmi les cancers de la peau, seuls les mélanomes sont repris dans ces statistiques. Ceux-ci représentent 4% des cancers potentiellement mortels donc dont 90 % sont diagnostiqués au stade précoce. Le taux de survie à 5 ans est de plus de 90%. Même si une tumeur ou un cancer n’est pas potentiellement mortel, cela entraine une morbidité auprès des personnes concernées (anxiété, traitements chirurgicaux, complications rares,…). La prévention et le diagnostic précoce ont donc toute leur place et c’est d’autant plus vrai pour les mélanomes.

« Plus un cancer cutané est pris en charge tôt, plus on en guérit » Dr Walon

Comment développe-t-on un cancer de la peau ?

Selon le Docteur Walon, dermatologue, le cancer de la peau peut dépendre de l’âge mais également du capital UV entamé. Les dix premières années de vie sont les plus cruciales, elles peuvent déterminer un risque à long terme au niveau du cancer cutané. « Le risque le plus important, il est réalisé lors des dix premières années de vie d’un enfant d’exposition solaire ».

« Le soleil est un facteur stimulant extrêmement important mais qui n’est pas obligatoire. » En effet, comme l’explique le Dr Blouard, certaines personnes peuvent avoir un cancer de la peau sur des zones qui n’ont pas été exposées au soleil.

Quelles sont les personnes les plus à risque ?

Tous les scientifiques interrogés sont unanimes : les personnes avec des phototypes très clairs, les patients roux, blonds avec une peau claire sont des personnes à risque. Mais il n’y a pas qu’eux. Si vous souffrez du syndrome du naevus atypique, si vous avez des antécédents de cancer de la peau dans la famille, ou si vous avez vécu dans des pays ensoleillés étant enfant, vous avez également plus de risques de développer un cancer de la peau. 

Comment détecter un cancer de la peau ?

Selon le Docteur Walon, dermatologue, l’auto-examen est un geste très important à avoir. « Il permet de détecter des lésions qui pourraient éventuellement se multiplier et changer. » Elle conseille à ses patients de se faire aider par un membre de leur famille pour les zones difficiles à inspecter. Il ne faut pas oublier les zones peu visibles : le dos, l’arrière des oreilles, le cuir chevelu, les zones génitales ou encore entre les orteils.  En effet, les cancers de la peau peuvent se manifester à tous les endroits du corps, même ceux qui ne sont pas exposés au soleil car le soleil est un facteur responsable du cancer de la peau mais il n’est pas le seul. Si on détecte une lésion qui se serait modifiée ou une plaie qui ne guérit pas, il faut aller consulter un dermatologue.

Comment prévenir le cancer de la peau ?

Il ne faut pas s’exposer directement au soleil ou se mettre sur un transat pour accumuler des UV. 80% de notre exposition solaire provient de notre vie quotidienne : sortir, aller dans sa voiture, faire ses courses, … Le Docteur Blouard ajoute « Les pires vacances, c’est la Côte belge car il y a du vent et des nuages, on pense ne pas être exposé mais on l’est ». Pour se protéger de cette exposition silencieuse, il faut mettre de la crème solaire idéalement 365 jours par an sur les zones les plus exposées.

Au printemps ou en été, les dermatologues recommandent d’utiliser une crème solaire indice 50, de renouveler son application toutes les 2-3 heures et après chaque baignade. N’oubliez pas le dos des mains, le dos des pieds, les oreilles ou encore la nuque. Il faut également éviter de s’exposer aux heures chaudes, entre 12h et 16h. « Je conseille de porter un chapeau ou un bob plutôt qu’une casquette car la casquette ne couvre pas les oreilles », souligne le Docteur Blouard.

Est-ce que la recherche a aidé à faire avancer les traitements contre le cancer de la peau ?

En 30 ans, la recherche a énormément évolué. Des cancers de la peau qui étaient létaux à l’époque sont maintenant guérissables. Le carcinome basocellulaire, par exemple, peut être traité grâce à un traitement local d’immunothérapie. L’immunothérapie est aujourd’hui le traitement de choix pour les mélanomes métastatiques. La photothérapie dynamique permet de traiter certains carcinomes basocellulaires. Ce n’est pas parce que la recherche avance bien qu’on a trouvé la solution miracle pour sauver la peau. Le Professeur Blanpain et son équipe étudient tous les jours les cancers cutanés. « On comprend de mieux en mieux comment les cancers se développent, comment les cancers grandissent, comment les cancers se disséminent à distance. » La recherche sur les mélanomes reste indispensable car certains patients résistent à l’immunothérapie et aux médicaments ciblés. Quant aux recherches sur les carcinomes basocellulaires et les carcinomes épidermoïdes sont utiles pour la recherche fondamentale et pour servir de modèles pour les recherches sur d’autres types de cancers ou maladies.

« Le Télévie a un rôle capital dans le soutien à la recherche », Dr Blouard.

Quel est le futur du cancer de la peau ?

Les scientifiques s’attendent à voir le nombre de cancers de la peau augmenter dans les prochaines années. Pourquoi ? Car les personnes qui s’exposaient au soleil auparavant ne se protégeaient pas contre les rayons. Dans les années 60 ou 70, peu de personnes mettaient de la crème solaire. Selon le Dr Blouard, « le soleil est une bombe à retardement. » Heureusement, les campagnes de prévention commencent à porter leur fruit et tout le monde connait l’importance des gestes à avoir contre les effets négatifs du soleil. On s’attend donc à voir une baisse du nombre de cancers de la peau dû au soleil dans vingt ou trente ans.

Avec l’aimable collaboration scientifique du Professeur Jacques Boniver.

265 cyclos du cœur ont accompagné Jean-Michel Zecca dans son échappée solidaire au Galibier

Les Cyclos du Coeur ont tout donné ce dimanche 20 juin 2022 pour récolter des fonds au profit du Télévie et soutenir la recherche contre le cancer lors d’un week-end organisé par RTL dans la vallée de Serre Chevalier.

Trois ans après l’ascension du Mont Ventoux, Jean-Michel Zecca est remonté sur son vélo à Briançon pour s’attaquer aux 38 kilomètres d’ascension de 2 cols : celui du Lautaret d’abord (2.058 mètres d’altitude) et du Galibier ensuite (2.642 mètres d’altitude), 2 cols alpestres mythiques du Tour de France. Galvanisé par l’énergie des 265 participant.e.s et par l’envie de faire avancer la recherche, Jean-Michel a réussi son défi.

Jean-Michel Zecca : « N’ayant pu m’entrainer depuis 3 mois, je ne comptais même pas arriver au bout du col du Lautaret. Mais au fil des lacets, grâce aux encouragements et à l’aide d’une équipe formidable, j’ai pu dépasser mes limites et puiser dans toutes mes ressources pour arriver, épuisé mais tellement heureux, au sommet du Galibier. C’est un défi exceptionnel, exigeant, physiquement et émotionnellement très fort : le réussir avec 265 compagnons de route aussi généreux et motivés est un véritable cadeau et c’est une fierté pour moi d’avoir fait partie de cette échappée solidaire pour le Télévie.« 

Le Télévie 2022 va pouvoir financer 77 projets et 85 chercheurs

Les 10.039.185 € récoltés financeront 77 projets et 85 scientifiques dans la recherche contre le cancer.

En mai dernier, l’opération Télévie a récolté 10.039.185 € pour la recherche contre le cancer. La générosité du public et des entreprises a, une fois de plus, été au rendez-vous malgré un contexte de crises.

Le Conseil d’Administration du F.R.S. – FNRS vient d’officialiser ce 21 juin les décisions de financement, sur base des recommandations de la Commission scientifique internationale réunie fin mai : dès cette année, 77 projets (dont 5 grands projets inter-universitaires) et 85 scientifiques (71 doctorants, 9 post-doctorants, 2 scientifiques non doctorants et 3 techniciens) seront financés par le Télévie.

Les nouveaux chercheurs et projets de recherche démarreront dès le 1er octobre.

En 34 ans, le Télévie a récolté près de 220 millions d’euros et permis au FNRS de soutenir plus de 2.500 chercheuses et chercheurs dans la lutte contre le cancer.

Ce beau geste que fera Arnaud Delvenne en cas de victoire de Top Chef 2022

Le candidat a expliqué ce qu’il ferait en cas de victoire.

Arnaud Delvenne s’est qualifié haut la main pour les demi-finales de Top Chef. Aujourd’hui, ils ne sont plus que trois à pouvoir remporter cette nouvelle saison. Notre compatriote devra vaincre Louise et Sébastien pour espérer être le premier Belge à remporter le célèbre concours culinaire.

Tout au long de l’émission, Arnaud a rendu hommage à sa maman, qui a toujours été d’un énorme soutien pour lui, et qui est malheureusement décédée d’un cancer il y a dix ans. La lutte contre le cancer est donc une cause qui le touche particulièrement, et c’est sans surprise qu’il a décidé de soutenir le Télévie. Ainsi, il a expliqué à nos confrères de Soirmag qu’en cas de victoire il reverserait une part de ses gains à l’association. « Ce qui m’est profitable doit l’être aux autres. La recherche a besoin de nous. Cet argent pourrait aider les autres et c’est important pour moi. Si ça devait être le cas, c’est de l’argent que je n’attendais pas, alors autant en faire profiter les autres », a-t-il expliqué. Un geste très généreux.

Crédits : Paris Match Belgique

Télévie 2022: comment les dons sont-ils alloués à la recherche ?

Ce lundi 23 mai, la commission scientifique du Télévie se réunissait pour déterminer quels projets seront soutenus par la générosité des donateurs. Comment ces projets sont-ils choisis ? En direct de notre journal de 13H, Véronique Halloin, secrétaire générale du Fonds de la recherche scientifique (FNRS),est revenu sur cette réunion du comité  scientifique qui se tenait aujourd’hui.

Cette année, le Télévie a permis de récolter 10.039.185 euros qui seront alloués à la lutte contre le cancer. Pour ce faire, le FNRS a lancé un appel à projet auprès des chercheurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles et du Luxembourg. 154 dossiers ont ainsi été déposés. « Parmi eux, des demandes de financement réalisées par des doctorants et des post-doctorants, ou encore des projets de recherches inter-universitaires« , explique Véronique Halloin.

Comment les projets sont-ils sélectionnés?

Le FNRS dispose d’une commission scientifique en charge de décider quels dossiers seront sélectionnés. Cette commission scientifique est composée d’une vingtaine d’experts, dont la moitié internationaux. Ces experts ont alors moins d’un mois pour analyser et étudier les dossiers. À l’issue de cette analyse, la commission soumet une cotation pour chaque dossier. Le FNRS s’appuie ainsi sur cette base pour préparer un pré-classement, qui sera de nouveau remis à la commission pour un classement final.

Les projets ainsi classés bénéficieront du financement tour à tour. « Nous suivrons ce classement jusqu’à l’épuisement de la somme récoltée durant l’événement, soit un peu plus de 10 millions d’euros », précise Véronique Halloin.

Enfin, les dossiers seront ensuite examinés par le conseil d’administration du FNRS. Les projets retenus seront communiqués le premier octobre.

Les projets présentés cette année portent sur de nombreux sujets de pointe, tels que le fonctionnement des cellules dans le cadre de l’immunothérapie ou encore l’environnement cellulaire propice au développement d’un cancer.

Crédits : RTL Info

Il y a 17 ans, Laurent bénéficiait d’une bourse Télévie : que lui ont permis ses années de recherche ?

Depuis sa création en 1989, le Télévie a financé le travail de plus de 2.500 scientifiques. Laurent Paul a bénéficié d’une bourse en 2005. Il est aujourd’hui à la tête d’une start-up active notamment dans la lutte contre le cancer et collabore avec les hôpitaux. 

Aujourd’hui à la tête d’ une start-up florissante, Laurent a commencé sa carrière en tant que chercheur pour le Télévie, il y a 17 ans. « Ça a duré 4 ans. C’est la durée classique d’une bourse Télévie. Le sujet était ‘Le traitement chirurgical des tumeurs osseuses », explique-t-il. 

Ces années de recherche lui ont permis de poser les bases de 3D-Side, une start-up qu’il a cofondée quelques années plus tard. « Aujourd’hui, on utilise encore mais les algorithmes et les les logiciels que j’avais développés à l’époque. On est une vingtaine de collaborateurs et on commence à distribuer nos produits aux Etats-Unis », indique le fondateur. 

L’une des missions de cette start-up wallonne: créer des « guides de coupe », des instruments sur mesure utilisés par les chirurgiens pour ôter avec précision les tumeurs implantées dans les os. « Ce sont des pièces d’imprimante 3D qu’on utilise pour des chirurgies tumorales, pour découper les tumeurs osseuses. C’est simplement un instrument en plastique qui permet de guider la lame de scie du chirurgien », souligne Laurent Paul. 

Pour réaliser ces instruments, la société a développé son propre logiciel. Il lui permet d’échanger avec le chirurgien sur le cas précis du patient et de planifier le traitement. les instruments sont ensuite créés dans le sous-sol de l’entreprise et grâce à une imprimante 3D. « Elle permet de faire l’impression en 3D des pièces. Donc c’est sur base de poudre. Un laser vient fusionner la poudre, couche par couche », éclaire le créateur.

Il faut compter un centimètre réalisé par heure. L’instrument est ensuite nettoyé, sablé et stérilisé avant d’être envoyé dans les hôpitaux. Pierre-Louis Docquier, chirurgien spécialisé en orthopédie pédiatrique, travaille avec la start-up de Laurent depuis une dizaine d’années. « Grâce à cet outil, on obtient une précision millimétrique alors que lorsque l’on n’avait pas tous ces outils, on était plutôt sur une précision centimétrique qui et donc on risquait de de laisser une partie de la tumeur en place avec la conséquence d’avoir une récidive locale de la tumeur », éclaire le spécialiste. 

Le guide de coupe de 3D-side est désormais utilisé dans des hôpitaux aux quatre coins de l’Europe. Chez nous, il est remboursé à hauteur de 25% par l’Inami.

Crédits : RTL Info

Un enfant sur deux sera confronté au cancer d'ici l'âge adulteUn enfant sur deux sera confronté au cancer d'ici l'âge adulte

en Belgique

cause de mortalité prématurée

Le cancer est la première


Partenaires

Partenaires officiels Autres partenaires
Vos plus petits dons financent les grandes idées de nos chercheurs

Soutenez le Télévie

les grandes idées de nos chercheurs

Vos plus petits dons financent

Menu