Télévie 2022: les Super-Héros mis à l’honneur lors de cette 34e édition

La 34e édition du Télévie est lancée ! Malgré une édition particulière marquée par un timing plus court qu’habituellement, différentes activités inédites sont prévues pour faire de cet événement une belle réussite. La grande soirée de clôture du Télévie se tiendra le 7 mai prochain au Lotto Mons Expo.

L’arrivée du printemps marque officiellement le lancement du Télévie. Si en 2021, l’événement avait été quelque peu chamboulé en raison de la crise sanitaire et décalé au mois de septembre, cette nouvelle édition promet déjà de chouettes activités afin de rendre le 34e édition inédite. Le thème cette année ? Les super-héros, en référence aux chercheurs mais pas seulement. Les super-héros sont aussi tous les généreux donateurs, sans qui tout cela ne serait pas possible.

Le Télévie en Action

La 34e édition débutera au mois de mai prochain avec « Le Télévie en Action ». Le dimanche 1er mai sera une journée particulière : jogging, yoga, marche nordique, accrobranche, vélos ou encore balade des échelles… De nombreuses activités sont prévues avec des personnalités phares de RTL. Vous pourrez notamment retrouver Olivier Schoonejans, Alix Battard, Anne Ruwet ou encore l’équipe de Radio Contact.

Les Super-Héros du Cuistax 2022

Le Télévie se poursuivra avec « Les Super-Héros du Cuistax 2022 ». Comme l’année dernière, Ludovic Daxhelet reprendra la route à bord de son bolide à quatre roues. Du 3 au 7 mai, l’animateur parcourra différents endroits de la Wallonie, comme Paliseul, Durbuy, Charleroi ou encore Namur.

Ce qui a motivé Ludovic à réitérer l’expérience ? La réussite incroyable de la dernière édition. « L’année dernière, je me suis lancé un défi de dingue… Et ce pari est devenu ‘le défi’ de tous ! Toutes ces personnes m’ont soutenu en venant donner quelques coups de pédales ou encore en m’encourageant au bord de la route lors du passage du cuistax. Une aventure humaine incroyable ! »

Cette année encore, il aura besoin de vous, de vos encouragements et surtout de vos dons. « Cette année, on repart sur les routes avec toujours la même équipe. Mais cette fois-ci avec un nouveau défi de taille : parcourir 5 provinces, soit plus de 400 km en 5 jours ! Mais encore une fois, je ne lâcherai rien, on ne lâchera rien ! Je suis certain que la solidarité humaine sera encore bien présente pour concrétiser ce défi », a confié Ludovic.

Les traditionnels Disques d’Or

Comme le veut la tradition du Télévie, les célèbres Disques d’Or reviendront le samedi 7 mai. De 9h à 13h, vous pourrez retrouver Christian de Paepe sur les ondes de Bel RTL, aux côtés des parrains et marraines de ces Disques d’Or du Télévie.

Depuis 1993, cette initiative a déjà permis de récolter quelque 5.665.540 euros.

Le défi Lego de Xavier et Alban

Chaque année, un défi est lancé le jour de la clôture. Pour cette 34e édition, le duo devra réaliser une fresque entièrement composée de Lego aux couleurs des super-héros du Télévie. Ils auront environ 10 heures pour y parvenir. A la clef ? Un chèque pour la recherche contre le cancer.

La grande soirée de Clôture

L’édition 2022 du Télévie se clôturera en direct sur RTL-TVI le samedi 7 mai. L’événement se tiendra au Lotto Mons Expo, en présence de nombreuses personnalités de la chaine, des comités bénévoles et du parrain de cette 34e édition.

Plusieurs témoins partageront aussi leur touchant combat contre la maladie. Au programme également, des artistes qui n’ont pas hésité à répondre présent, ainsi que de belle surprises.  

Crédits : RTL Info

Mademoiselle Luna ou la positivité incarnée

Mademoiselle Luna se bat contre un cancer du sein

Dans le cadre d’une série de portraits consacrée aux inspirations et profils divers de RTL Belgium, cette semaine, nous vous présentons une DJ engagée qui aime entièrement, partage passionnément et relève tous les défis que la vie lui met sur son chemin. Avec détermination, spontanéité et succès, elle traverse les années de façon singulièrement positive.

Pour Mademoiselle Luna, qui mixe aux quatre coins du monde et continue d’être aux commandes de son émission sur Radio Contact, il n’y a pas de trop petite ou grande scène où elle ne fait pas danser tous les publics de 7 à 77 ans. Il n’y a pas de bons ou mauvais moments pour se dire que la vie est belle. Il n’y a pas de meilleur remède que de partager son expérience avec autrui, rester proche de la nature, de soi, et proche de ses proches. « Même dans les moments les plus difficiles, certaines choses semblent insurmontables jusqu’à ce qu’elles soient accomplies, comme disait Nelson Mandela. »

Il y a quelques mois, elle apprenait une nouvelle qui allait bouleverser sa vie : un cancer du sein. Elle se dit avoir la chance « d’être suivie par une équipe médicale et infirmière incroyable à l’Hôpital Chirec, d’être ambassadrice de Think Pink et d’avoir le soutien inconditionnel de sa famille, de ses amis et de tous ses collègues. » Cela dit, quand on la connait un peu, cette chance, elle la génère à travers une attitude qui fait sa force : rester positif (sans minimiser !), se battre et avancer car la vie est plus forte que tout ! « Le message que j’aimerais transmettre est de prendre soin de soi, se s’écouter et de se faire dépister selon les recommandations médicales. Si j’arrive à sensibiliser à travers le partage de mon expérience, j’aurai tout gagné ! »

Crédits : RTL Belgium

Première mondiale: des chercheurs belges découvrent l’efficacité de la molécule MitoQ contre le cancer du sein

Des chercheurs de l’UCLouvain ont découvert qu’un médicament déjà existant, la molécule MitoQ, utilisée pour d’autres maladies, permet en fait d’éviter dans 80% des cas l’apparition des métastases dans le cancer du sein, ainsi que la rechute pour ce type de cancer.

C’est un pas de géant dans la lutte contre le cancer du sein. Le professeur Sonveaux et son équipe ont découvert que le MitoQ, un médicament développé pour d’autres maladies, permet dans 80% des cas d’éviter l’apparition de métastases dans le cancer du sein triple négatif. Il permet aussi d’éviter les rechutes locales dans 75% des cas. Puisqu’il existe déjà, ce médicament représente un gain de temps considérable et un véritable espoir pour les patients.

« Au jour d’aujourd’hui, il n’y a aucun traitement précis capable d’empêcher les métastases et ces fameux rechutes, donc le pas de géant qu’on vient de faire, c’est d’identifier un traitement qui est déjà un médicament. Donc ce n’est pas à une molécule de laboratoire d’un savant fou mais un vrai médicament qui est capable d’avoir les deux activités en même temps : empêcher les métastases et la rechute des cancers », explique Pierre Sonveaux, chercheur FNRS à l’institut de recherche expérimentale et clinique UCLouvain.

Pour y parvenir, les chercheurs de l’UC Louvain ont administré le MitoQ à des souris porteuses de cancer du sein humain. Ils s’apprêtent maintenant à débuter la phase II sur des patientes cancéreuses. Si l’essai clinique s’avère concluant le MitoQ pourrait être repris par simple voie orale d’ici sept à huit ans.

« La phase II est prévue ici aux cliniques universitaires Saint-Luc et mon équipe à l’UC Louvain y participera. Il s’agit d’un tout petit essai où 20 patientes porteuses d’un cancer du sein triple négatif seront traitées de façon classique, plus la molécule de MitoQ », explique Pierre Sonveaux.

Le médicament a d’abord été testé pour le cancer du sein triple négatif qui touche mille nouvelles patients chaque année. Cancer pour lequel la moitié des patientes développent des récidives locales et des métastases. Les chercheurs de l’UC Louvain envisagent déjà de le tester sur des patients souffrant d’autres types de cancers comme celui du pancréas ou de la prostate.

Crédits: RTL INFO

Florent Pagny, courageux, malgré sa maladie, se bat aussi pour les autres 

Depuis le mois de janvier, le chanteur français Florent Pagny livre un combat contre un cancer du poumon. Il avait annoncé à ses fans via Instagram qu’il devait, à regret, annuler sa tournée pour donner la priorité à sa santé. 

Alors qu’il suit actuellement un traitement, le chanteur est apparu ce mardi soir à un concert de solidarité retransmis sur France 2 dans le but de récolter des fonds pour le peuple ukrainien, dont le territoire est actuellement envahi par la Russie.

Les téléspectateurs ont pu voir un Florent Pagny métamorphosé: il est apparu sans cheveux.

Plusieurs personnes ont salué son courage de se produire sur scène en combattant ce cancer mais aussi ce changement de look, qui est un effet secondaire connu des traitements contre le cancer.

« Florent Pagny sans cheveux, je n’étais pas prête », a écrit une fan sur Twitter. « Cela me brise le coeur de voir Florent Pagny sans cheveux », a écrit Maud. 

Un seul mot revenait après cette prestation télévisée du coach de The Voice: « frissons ».

Crédits: RTL INFO

Valentine : savourer le moment sportif

Valentine Grandjean est la marraine de la 12e jogging-marche Allan Sport Télévie qui aura lieu ce dimanche 13 mars. Pour la jeune femme de 26 ans amputée suite à un ostéosarcome, le sport a joué un rôle essentiel dans l’épreuve de la maladie et du handicap.

Au début, ce n’était rien. Des douleurs ponctuelles dans le pied. Pas de quoi inquiéter la jeune Namuroise, Valentine, alors étudiante pour devenir assistante sociale. Mais les douleurs persistent : on lui diagnostique une entorse, on la plâtre, sans bien comprendre ce qui se passe. Des examens plus approfondis finissent par révéler que Valentine souffre d’un ostéosarcome, un cancer des os qui touche généralement les jeunes entre 10 et 20 ans. Valentine en a alors 21. « Comme c’est un cancer pédiatrique, on a un peu tâtonné avant de trouver ce que j’avais », raconte-t-elle aujourd’hui. L’ostéosarcome étant une tumeur particulièrement agressive, Valentine entre rapidement en traitement : chimio, radiothérapie et bientôt une greffe osseuse, en décembre 2018. « La greffe s’est infectée. Soit je me faisais à nouveau opérer – mais cela n’avait que 5% de chances de réussir –, soit je me faisais amputer. J’avais 24 heures pour décider. »

Des possibilités insoupçonnées

Après son amputation, Valentine est démoralisée. Comment ne pas l’être après ces chocs successifs, au moment où la vie d’adulte se profilait ? « Une des premières choses auxquelles j’ai pensé, c’est que je ne pourrais plus jamais mettre de jupe », explique la jeune femme, adepte du shopping et des sorties entre amis. Joueuse de tennis en interclubs, Valentine pense aussi naturellement qu’elle ne pourra plus jamais monter sur un terrain. « Moi, à la base, il ne fallait pas me parler de handicap. Je ne connaissais rien à ce monde-là. Personne qui ait été gravement malade ou non-valide dans mon entourage… Et puis j’ai rencontré le fondateur de l’asbl Let’s go, lui-même amputé. D’abord, ce que j’ai vu… c’est que ça ne se voyait pas : en pantalon, on ne pouvait pas dire qu’il avait une prothèse. » Valentine accepte de jouer une partie de ping-pong avec lui et commence peu à peu à entrevoir de nouvelles possibilités. « J’ai commencé à courir avec Let’s go, qui organise des entraînements réunissant valides et non valides. C’est ça qui m’a plu : l’aspect inclusif, qui me permet aussi de m’entraîner avec mes amis valides. »

Se sentir vivant

Aujourd’hui, Valentine en est sûre : le sport a joué un rôle essentiel pour surmonter l’épreuve de la maladie et de l’amputation.  « Sans cette rencontre, je serais encore probablement dans ma chaise ! Pratiquer un sport, ça nous fait sentir qu’on est quelqu’un de normal. Ça permet de se sentir vivant, de se lancer des défis, de faire des nouvelles rencontres. Et d’une certaine manière, parce qu’on sait tout ce que ça représente, on savoure beaucoup plus le moment sportif qu’avant. » Une aide majeure qui a aussi un coût : une prothèse de course – distincte de la prothèse de marche que Valentine porte habituellement – coûte entre 10 000 et 15 000 euros, comme les autres prothèses sportives permettant par exemple de faire du vélo. « Sans l’association Let’s go qui l’a financée, je n’aurais jamais pu me mettre à la course… »
Si Valentine a dû interrompre ses études après son cancer, elle travaille aujourd’hui dans un cabinet ministériel, où elle est en charge des infrastructures sportives. La jeune femme s’est aussi remise au shopping et continue à voir ses amis et à voyager. « Bien sûr, tout reste plus compliqué, raconte-t-elle. Quand je pars en voyage, non seulement je dois prendre ma prothèse de course dans ma valise si je veux courir, mais en plus ma prothèse de marche sonne quand je passe au détecteur de métaux… et donc je dois l’enlever devant tout le monde… » Autant d’obstacles au quotidien que les valides n’imaginent même pas ! « L’insouciance, on la perd de toute manière avec la maladie, résume Valentine. On est confronté d’un coup à plein de tabous : la maladie, la mort, et toutes les autres choses comme la perte de cheveux, les perruques… Donc c’est important, notamment à travers ce jogging-marche de savoir et de montrer qu’on n’est pas seul, qu’il y a une cohésion, que ça touche plein de gens. Se montrer, c’est aussi participer à rendre la chose ‘normale’. Les enfants qui m’ont toujours connue avec une prothèse ne la remarquent même pas ! »

Infos 12ème jogging marche Allan Sport Télévie

Départ et arrivée : Avenue Brassine à Rhode-Saint-Genèse à 10h00.

Pour les joggeurs, un parcours de 7 ou 12 km dans la forêt de Soignes. Jogging par groupes guidés par des meneurs d’allure à des vitesses comprises entre 9 km/h et 15 km/h, au choix des participants.

Pour les marcheurs, magnifique circuit de 7 km ou 12 km dans la même région.

Avec la participation de Richard Ruben, Valentine Grandjean et Pierre Sonveaux

Pour plus d’infos: http://www.challengeallansport.be/jogging-et-marche/

Sold Out ! – L’échappée solidaire au Galibier

En 2019, pour ses 50 ans, Jean-Michel Zecca avait réussi le défi fou de se préparer afin de gravir le Mont Ventoux au profit du Télévie.

En 2022, il va remettre le couvert, mais cette fois, pour réaliser ce défi, il a décidé de s’attaquer à un autre monument du cyclisme : Le GALIBIER !
Sommet de légende mythique, terrifiant par sa pente impitoyable, même les cyclistes les plus entraînés le redoutent.

Emprunté par les coureurs du Tour de France à plus de 60 reprises, le GALIBIER est un col hors catégorie avec ses 37kms d’ascension et des passages à plus de 10% ! Le sommet trône à 2642m d’altitude !

En partenariat avec Ethias, Bioracer, Groupe Gobert et Club Med qui nous accueillera à Serre-Chevalier.

Inscriptions et informations

POL WOTQUENNE : QUAND LE MEDECIN EST ATTEINT PAR LE CANCER…

Etre médecin et subir à deux reprises un cancer : c’est le parcours peu banal vécu par le Liégeois Pol Wotquenne, qui travaille aux urgences du CHU du Sart-Tilman, et qui est âgé aujourd’hui de 67 ans. 

Tout commence en 2008. Pol a 54 ans, quand sa prise de sang annuelle révèle un taux d’antigène prostatique spécifique (PSA) anormalement élevé. C’est l’un des signaux d’alerte pour suspecter un cancer de la prostate. « Je finis par détecter le monstre 18 mois plus tard. Un adénocarcinome de la prostate ». Pol choisit alors de se faire opérer à Alost par Alex Mottrie, le « pape » de la technique robotisée pour ce type d’interventions. Le médecin liégeois s’en sort sans trop de séquelles. « Je n’ai pas eu besoin de traitement complémentaire. Je m’estime grandement chanceux, mais j’ai toujours axé ma vie sur la prévention. C’est grâce à cela que je suis toujours là aujourd’hui. Je conseille à chaque homme à partir de 50 ans de faire tester son taux de PSA ». 

Nouvelle attaque du cancer 

Trois ans plus tard, pendant les vacances, Pol se sent anormalement fatigué. «Je me dis : ça y est, je fais sans doute une mononucléose, ou un problème viral ! Je vais voir un confrère infectiologue à l’hôpital de la Citadelle à Liège. Et en constatant les résultats de la prise de sang ; il me dit : tu as une leucémie lymphoïde chronique ! ». A son âge, moins de 60 ans, ce genre de leucémie évolue très vite. Et les traitements aussi : « j’ai eu de la chimiothérapie, et puis de l’immunothérapie. Avec beaucoup d’effets secondaires qu’il faut apprendre à gérer. Avec des hauts et des bas depuis 11 ans. « Fin août de cette année, je me suis même dit : si on ne fait rien, je serai mort dans trois mois. En septembre, j’ai été placé sous « Venetoclax », et depuis lors je vis une véritable renaissance. J’étais essoufflé, anémique. J’étais mourant. Et grâce à ce traitement, les paramètres hématologiques se sont normalisés. Chaque jour, je me lève, je vois le ciel et je me dis : quelle chance ! ». 

Depuis peu, cet interniste aux multiples casquettes a pu reprendre une activité professionnelle plus soutenue. Il s’occupe de former les futurs médecins via des ateliers lors desquels il peut leur transmettre son expérience. « Et je vaccine la troisième dose contre la Covid au personnel hospitalier ! », tient-il à préciser. Se sentir utile, c’est l’un de ses crédos. 

Quels conseils ? 

Face à la maladie qui frappe les personnes atteintes d’un cancer, Pol Wotquenne se veut résolument optimiste.  « Je dirais à ces malades de garder espoir dans la médecine. Quand je vois la rapidité avec laquelle les connaissances évoluent ! Par ailleurs, essayez de mener une vie saine : abstenez-vous de fumer, de boire, de manger des aliments toxiques. Vous résisterez mieux aux traitements parce que votre organisme sera prêt. Depuis mon enfance, j’ai toujours vécu dans d’excellentes conditions. Pas de tabac, pas d’alcool, beaucoup de sport, je mange bio : ça ne m’a pas empêché de me taper deux cancers. Mais comme je m’en désolais auprès d’un collègue urologue, il m’a répondu ceci : si tu n’avais pas vécu aussi sainement, tu serais peut-être déjà mort ! Autre conseil : il faut continuer à rester actif, le plus possible, mais aussi il faut vous renseigner sur le traitement qu’on vous administre. S’intéresser à votre traitement, savoir ce qu’on vous fait entraînera chez beaucoup d’entre vous une meilleure adhésion à votre traitement. »

L’empathie, une attitude essentielle

Pol Wotquenne en est convaincu : la prise en charge des patients passe aussi par un meilleur accompagnement psychologique.  « Le personnel médical dans son ensemble doit faire un effort en termes d’empathie. Je me suis occupé de patients qui avaient la même maladie que moi. Et après avoir instauré un dialogue avec certains d’entre eux, je leur disais : j’ai eu la même chose que vous, et voilà, j’en suis sorti ! Je voulais leur donner de l’espoir. En oncologie, les infirmières, ce sont des saintes ! Le dévouement du personnel médical et paramédical est extraordinaire, mais on pourrait encore faire mieux notamment au niveau psychologique.»

Rester optimiste pour l’avenir

Toujours en traitement aujourd’hui, le médecin liégeois tient à voir l’avenir avec sérénité. « Je suis passé en arythmie cardiaque à la suite d’un traitement précédent. C’est une arythmie consacrée. Je suis donc sous anticoagulant jusqu’à la fin de mes jours. 

Mon traitement actuel doit durer deux ans. C’est quatre comprimés par jour que je prends à midi. Et à terme, on me dit qu’il y a un espoir de guérison. Moi, je parlerais plutôt de rémission. Mais je ne suis pas spécialement inquiet. J’ai confiance dans la médecine.

On m’a souvent dit : profites-en, profite de la vie ! Mais ma vie n’a pas changé avec la maladie. Elle me plaît comme ça. Profiter de la vie, c’est être intégré dans un milieu social, admirer la nature ! Ce n’est pas acheter des grosses voitures ou voyager à l’autre bout du monde ! ». 

Le Télévie : une solidarité toujours nécessaire

Quand on lui enfin parle du Télévie, le médecin liégeois ne peut que regretter qu’une telle opération caritative soit aujourd’hui encore indispensable au développement de la recherche médicale dans notre pays. On le sait, le combat contre le cancer avance, mais il est long et n’est pas terminé. Il ne faut rien lâcher et, comme le dit, le slogan du Télévie, il faut continuer à tout donner.

D.H.

« A table ! 2 » : vos personnalités préférées remettent le couvert !

Moment gourmand entre tous, les fêtes sont aussi l’occasion de glisser de beaux livres sous le sapin. Et pourquoi pas combiner ces deux plaisirs en offrant (ou en s’offrant) un livre de recettes concocté par une pétillante brochette de personnalités ?

Après le succès du tome 1, voici le tome 2 de « A Table ! », un condensé de saveurs et de moments de complicité avec les animateurs de RTL et Bel RTL et d’autres personnalités liées au Télévie.

Avec 20 nouvelles recettes de cuisine réalisées sous l’œil avisé et généreux du chef étoilé Yves Mattagne, il y en a pour tous les goûts, depuis le « Pain de viande au lard et chicons confits » de Maria del Rio et de l’équipe du « Good Morning » de Radio Contact aux « Boulets sauce lapin » de la Liégeoise Sandrine Corman, en passant par le « Poulet à l’estragon » de Typh Barrow et les « Galettes de brocoli, sauce yoghourt et tomates » d’Olivier Schoonejans. De quoi faire aimer les légumes aux petits, revisiter les traditions, retomber en enfance ou s’essayer à la grande vie. Simplicité ou raffinement, tous les palais et toutes les humeurs du jour seront comblés. 

Alors que cuisiner est plus que jamais devenu un moment de réconfort, de partage et de créativité, il est temps d’ajouter à votre bibliothèque culinaire ce bel objet, conçu pour vous accompagner dans vos aventures aux fourneaux, grâce à ses pages de notes, à ses photos alléchantes et à sa mise en page vitaminée. 

Retrouvez ce livre vendu au profit du Télévie sur notre webshop ainsi que dans toutes les librairies Club.

Anne Van den Broeke : haro sur le virus de la leucémie !

La professeure Anne Van den Broeke travaille à l’Institut Jules Bordet ainsi qu’à l’Institut de recherche Giga de l’ULiège.  Elle a accepté pour nous de faire le point sur ses recherches en matière de cancer, entre recherche fondamentale et avancées pratiques dérivées du monde animal.  

Les travaux d’Anne Van den Broeke, financés en partie par le Télévie, portent sur la leucémie à cellules T de l’adulte, ou leucémie ATLL : une forme rare de leucémie qui se développe à cause d’un virus. Les individus qui en sont infectés peuvent l’être durant des dizaines d’années sans développer de symptômes.  « A un moment donné, précise la professeure, l’une des cellules infectées par le virus va se développer, proliférer, devenir très agressive et infecter les autres cellules. Pour l’instant, on ne connaît pas de traitement efficace contre cette prolifération ». 

Du Japon aux Caraïbes 

Chez l’homme, cette leucémie est surtout endémique. « Elle se retrouve dans certaines régions du globe, comme le Japon, les îles Caraïbes, la Roumanie, ou la Grande-Bretagne. Mais avec la mondialisation, elle peut voyager partout ». Le virus peut se transmettre de la mère à l’enfant par le lait maternel. « Au Japon, on demande donc aux mères infectées qui viennent d’accoucher de ne pas allaiter leur enfant. Par contre, dans les Caraïbes, l’allaitement fait partie des coutumes bien ancrées. Il est donc extrêmement difficile de convaincre les mères de famille ». Le virus ne faisant pas l’objet d’une détection systématique, on pense que la population infectée dans le monde est fortement sous-estimée. En Belgique, on ne recense que quelques cas par an. En France, on en compte beaucoup plus.    

De l’animal à l’être humain

Vétérinaire de formation, la Professeure a choisi d’étudier cette leucémie en se basant notamment sur les animaux. « Je m’intéresse aux moutons, qui sont infectés par un virus très ressemblant. On peut l’étudier avant qu’il ne se déclenche dans l’organisme, contrairement à l’être humain. Chez le mouton, on peut décortiquer de façon beaucoup plus précise les étapes précoces de la leucémie. Plutôt que de prendre un échantillon de sang de l’animal, on parvient à trier les cellules et à retrouver celle qui a donné lieu à la tumeur »

Coopération internationale 

La collaboration avec les autres pays est essentielle dans ce processus de recherche. « Nous travaillons avec les Canadiens qui ont d’excellentes infrastructures pour ces animaux ». En tant que vétérinaire, Anne Van den Broeke étudie la présence de ces leucémies chez la vache ou le mouton suite à une conférence d’Arsène Burny, à laquelle elle a assisté. Ces maladies, on s’en préoccupe très peu chez ce genre d’animaux. La chercheuse a alors fait une thèse de doctorat à ce sujet dans le laboratoire du « père » du Télévie. « Ces recherches sur les animaux m’ont permis de voir le virus sous un autre angle ». 

Une avancée importante  

Les Japonais sont affectés depuis longtemps par ce virus. Ils ont donc récolté de nombreuses données auprès de leurs patients infectés asymptomatiques. « Ces patients ont appris suite à un test à l’hôpital qu’ils étaient infectés, ou parce qu’un membre de leur famille a développé une tumeur ». L’étude japonaise a démarré en 2002. « Chaque année les patients en question vont voir le médecin. Et on regarde chez ceux qui ont développé la leucémie s’il existe un marqueur qui permet de dire aux autres (qui n’ont pas ce marqueur) : « OK, vous êtes infecté, mais vous ne courez pas de risque de développer la leucémie ».  Le séquençage à haut débit en cellule unique que nous avons développé grâce à nos recherches permet d’arriver à ces conclusions. On a un désormais un marqueur de risque de développer la maladie Environ 20% des patients infectés ne développeront pas la leucémie. On peut donc désormais les rassurer à ce sujet. Jusqu’ici ni le malade, ni les médecins n’avaient d’idée sur le risque de développer la leucémie ».  

Un virus menaçant pour le génome humain

Le virus de la leucémie à cellules T s’insère dans notre génome, dans notre ADN. « Une fois dans la cellule, il n’en sort plus et il se propage avec la cellule dans le matériel génétique. Une des techniques que nous avons mises au point permet de trouver exactement l’endroit du génome où le virus s’insère. C’est important car le virus va perturber des gènes humains dans le voisinage de ce point d’entrée. Cela nous aide à aussi à comprendre les mécanismes non liés à un virus, mais bien à une perturbation locale du génome humain. Le virus nous sert donc d’outil pour faire aussi de la recherche fondamentale »

Comme tous les chercheurs dont les travaux sont financés par le Télévie, Anne Van den Broeke ne sous-estime pas l’apport de l’opération à la recherche contre le cancer. « Sans le Télévie, on n’aurait pas pu aller aussi loin dans nos travaux. Nos étudiants, nos post-docs sont essentiellement payés par le Télévie. Et sans eux, sans ces gens motivés, on n’y serait pas arrivé ». 

Perspectives d’avenir

Les travaux du Professeur Van den Broeke et de son équipe sont loin d’être achevés. Mais elle se veut optimiste pour la suite de ses recherches. « Le séquençage à haut débit en cellule unique va permettre à terme de retourner en arrière chez les animaux qui ont développé une tumeur, et d’essayer de comprendre pourquoi la maladie a démarré. Cela représente un potentiel certain pour le futur. On va pouvoir arriver à comprendre ce qui a déclenché la leucémie chez l’animal, puis chez l’homme, et permettre à terme d’éviter que les personnes infectées déclenchent la maladie »

D.H.

Cancer et transition maligne : un facteur-clef identifié

Le rôle clef de la protéine NR2F2

Cette étude publiée dans la revue Nature Cancer a démontré que la protéine NR2F2 est un régulateur essentiel de l’état tumoral malin en contrôlant les cellules souches cancéreuses et la croissance des cancers murins et humains.

Federico Mauri ( collaborateur Télévie en 2019 et 2020) et ses collègues ont utilisé une combinaison de modèles génétiques de pointe pour évaluer le rôle de NR2F2 dans le cancer de la peau. Les auteurs ont découvert que NR2F2 est exprimé dans les cancers malins. L’inactivation de NR2F2 bloque la progression des tumeurs bénignes vers les tumeurs malignes et réprime les fonctions tumorales essentielles, conduisant à la régression tumorale. « C’était très excitant d’observer que l’inhibition génétique ou pharmacologique de NR2F2 peut provoquer une régression tumorale ou empêcher la progression vers des états tumoraux malins invasifs responsables des métastases » commente Federico Mauri, le premier auteur de cette étude.

Les résultats suggèrent que NR2F2 pourrait être une cible prometteuse pour le développement de nouveaux médicaments anticancéreux.

« L’une des découvertes les plus remarquables de cette étude est la démonstration que l’inactivation de NR2F2 favorise la différenciation tumorale, conduisant à une régression tumorale. Malgré l’efficacité spectaculaire des thérapies pro-différenciation peu toxiques pour le traitement des leucémies pro-myélomonocytaires, très peu de thérapies pro-différenciation sont actuellement utilisées pour traiter les cancers solides. Le développement d’inhibiteurs de NR2F2 devrait contrôler de nombreuses fonctions cancéreuses essentielles et constitue donc une stratégie très prometteuse pour le développement de nouvelles thérapies anticancéreuses », commente Cédric Blanpain.

Source : ULB

➕ L’étude publiée dans Nature Cancer ICI

Des idées de cadeaux sous le sapin

Honneur d’abord à tous les gourmands : à peine sorti de presse, vous y trouverez le tout nouveau livre « À Table ! 2 ». Il vous fera découvrir 20 nouvelles recettes de cuisine imaginées par vos personnalités préférées, avec la complicité du chef étoilé Yves Mattagne.
Maria del Rio et l’équipe du « Good Morning » de Radio Contact vous y proposent leur version du « Pain de viande au lard et chicons confits ».
En bonne Liégeoise, Sandrine Corman vous dira tout sur les « Boulets sauce lapin » Vous y trouverez aussi le « Poulet à l’estragon » de Typh Barrow et les « Galettes de brocoli
sauce yoghourt et tomates », version Olivier Schoonejans. Le livre est également disponible dans toutes les librairies CLUB. Pour cuisiner le tout, n’oubliez pas d’offrir le magnifique
tablier rouge « À table ! », il se trouve lui aussi sur le webshop du Télévie.
Des cadeaux… emballants !
Plus traditionnel, mais toujours utile en cette période de fêtes, le rouleau de papier cadeau rouge brillant, frappé du coeur du Télévie sublimera vos présents de Noël. Une fois emballés, placez-les donc dans un des sacs shopping du Télévie, une autre idée de cadeau, toujours très pratique, et qui soutient notre cause. Une autre idée de cadeau, toujours très pratique, pour rappeler à ceux qui vous croisent lors de vos achats de Noël que « Tout est possible », et que « La vie est belle ». 

Des fêtes tout en…douceurs
Mais comment ne pas penser aux fêtes, sans évoquer le chocolat ?
Vous en trouverez aussi sur le webshop ! Un cadeau de saison, dans une boîte en carton contenant 12 carrés de chocolat Léonidas. Un régal pour vos papilles, à offrir sans modération ! Et si vos invités n’aiment pas le chocolat, pourquoi ne pas garnir votre table du réveillon de ces tendres gommes en forme de cœur, au goût de pêche ? Les enfants se feront un plaisir de les faire disparaître, entre deux plats !

Pour les enfants aussi !

Les enfants sont aussi à la fête sur le webshop, grâce à la box Télévie, qui se veut à la fois ludique et pratique : elle contient une bouteille à bulles, une pochette d’autocollants, un sachet de bonbons et une boîte à tartines. Pour les plus grands, le bracelet brésilien du Télévie avec son cordon en coton et son médaillon en nickel s’avèrera un cadeau du plus bel effet !

En route pour les fêtes !

Pour vous rendre à votre soirée de réveillon, achetez donc le masque aux couleurs du Télévie ! Il vous permettra de rejoindre vos convives en toute sécurité. Pensez aussi à emporter le parapluie du Télévie, de couleur bleu marine. Rétractable avec son ouverture automatique. Une autre idée de cadeau bien utile en ce début d’hiver. 

N’oubliez pas non plus le porte-clés pompon tout en douceur et en forme de cœur, de couleur rose ou grise. Si vous êtes un peu « tête en l’air », il vous évitera de chercher vos clés pendant des heures après une soirée un peu arrosée !
Si les programmes télé des fêtes ne vous satisfont pas, achetez donc le DVD de la pièce de théâtre « Le fusible », interprétée en 2020 par la troupe du Télévie. Amusement garanti !


Collaborations spéciales
Outre le sweat-shirt à capuche rouge avec le logo Télévie, le webshop vous propose aussi un sweatshirt unique de la marque de vêtements « La vie est belge ». Un modèle spécial, homme et femme, en édition limitée. Crée au profit de l’opération.
Et si vous n’avez pas encore acheté votre sapin, n’oubliez pas que le site internet « Sapins.be » propose des sapins et de la décoration de Noël dont une partie du prix sera ici aussi reversée au Télévie.


D’ores et déjà, bonnes fêtes à tous ! Et rendez-vous l’an prochain pour tout donner au profit de la recherche contre le cancer !

Anaïs, une battante


La prise de sang révèle la terrible vérité. On la lui annonce à l’hôpital, où la jeune fille et ses parents sont appelés en urgence. C’est une leucémie myéloblastique aiguë.
« Je ne connaissais pas ce terme-là. Sur le moment, ça ne m’a pas choquée. Mais quand j’ai vu ma mère sortir de la salle en hurlant “Pourquoi, pourquoi ?”, quand j’ai vu mon père tomber en arrière de sa chaise, victime d’une chute de tension, j’ai réalisé que ce que j’avais n’était pas une maladie bénigne. C’est par après, en posant des questions à mes parents que j’en ai vraiment compris la gravité ».

Onze jours dans le coma
Hospitalisée en chirurgie oncologique à la Clinique de l’Espérance, à Montegnée, Anaïs subit 4 chimiothérapies en un peu moins d’un an. À la quatrième, une infection touche tous ses organes, avec une décompensation cardiaque. Pour soulager son coeur, les médecins la placent dans le coma. Il durera 11 jours. « Plusieurs fois, mes parents ont cru que je n’allais pas me réveiller. J’ai dû ensuite réapprendre à manger, à marcher. C’était vraiment comme une deuxième naissance ! ».
La perte de ses cheveux affecte particulièrement la fillette. « Petite, je voulais une longue chevelure, comme Barbie. Chaque fois qu’on me les coupait, c’était un choc. Mais je me sentais très soutenue. Mes parents m’avaient offert un GSM, bien avant mes 12 ans. Mes copines venaient me voir, je faisais des Skype avec ma classe. Je me sentais malade ». Le soutien de ses proches et le traitement administré portent leurs fruits. Anaïs est même déclarée guérie. Et pourtant…

Une rechute inattendue
À 18 ans, trois jours avant son voyage de fin de rhéto, l’adolescente apprend qu’elle fait une rechute de la maladie. Un cas rarissime. Un véritable drame pour elle. « J’ai dû enlever les bikinis de ma valise et les remplacer par des pyjamas. J’ai tout de suite réalisé que j’allais encore perdre mes cheveux, être de nouveau quelqu’un de différent ». Anaïs a beau être préparée à subir ce deuxième assaut de la maladie, elle s’inquiète auprès des médecins. « Vais-je mourir ? Serai-je encore capable de passer par la petite porte ? » À cela, pas
de réponse.
Cette fois, les chimiothérapies s’accompagnent d’une greffe de cellules souches, pour être sûr d’éradiquer complétement la leucémie.
Anaïs est alors traitée au CHU de Liège, dans un monde d’adultes. Un nouveau choc pour l’adolescente. « D’emblée, on m’annonce la couleur : le risque d’attraper d’autres cancers suite à la greffe, plus question de laisser un de mes parents dormir près de moi, plus de basket pendant un an, plus de sorties, plus question de voir mes copines sans masque. Moi qui m’apprêtais à rentrer à l’université… »
À la place, elle passe cinq semaines en unité stérile. S’ensuit une longue convalescence. Au début, Anaïs avale 32 médicaments par jour. Petit à petit, elle regagne de l’immunité. Ses contraintes s’allègent. « Une petite victoire à chaque fois dans ce long combat ».

Enfin guérie
Depuis le 5 octobre, la jeune femme est complètement guérie. Mais elle y pense encore tous les jours. « Depuis mes 9 ans, la leucémie a toujours fait partie de moi. J’y pense très souvent, sans forcément être triste, parfois avec fierté aussi ». Aujourd’hui, elle a décidé de vivre à 200 à l’heure. « Il faut me suivre, parce que j’ai toujours de nouveaux projets. J’ai repris le basket à un bon niveau. Comme mon copain Alexandre, j’espère être diplômée
cette année des Hautes Études Commerciales de Liège, et travailler plus tard dans le domaine de la logistique. On rêve de s’installer à deux, de se marier et d’avoir des enfants.
Comme tous les étudiants. Je veux profiter de la vie à fond ». Le long combat d’Anaïs s’est émaillé de nombreuses rencontres, qui l’ont aidée à reprendre le dessus, comme celles de Marie-Hélène, Lara et Christelle, frappées elles aussi par le cancer. Les deux premières
n’ont pas eu la chance d’Anaïs, qui en parle encore avec émotion. La troisième subit actuellement une rechute de la maladie. Aujourd’hui, la jeune femme se pose des questions : « Pourquoi elles ? Pourquoi ai-je survécu et pas d’autres enfants comme moi ? ».

Grâce au Télévie
Mais la jeune femme tient aussi à remercier ses parents et ses grands-parents qui l’ont entourée de leur amour tout au long de la maladie, et remercier tous les bénévoles qui se dépensent sans compter pour la cause du Télévie. Une cause indispensable pour faire évoluer la recherche : « Je l’ai bien remarqué, huit ans plus tard : les soins évoluent. Des médicaments horribles à avaler ne le sont plus maintenant. On prend moins de pilules qu’avant. Les protocoles sont plus clairs. On sait mieux où on va.
Quand j’ai appris que j’avais la leucémie, j’avais plus ou moins 70 % de chances de survivre. Huit ans plus tard, lors de ma rechute, ce taux était monté à 85 %. Et ma guérison fait
encore augmenter les statistiques ! », dit Anaïs en souriant.
Un vrai message d’espoir de la part de cette jeune femme dont le principal rêve aujourd’hui peut surprendre : « Je rêve tout simplement de mener une vie normale. Être
en bonne santé, avec sa famille, son amoureux, c’est une chance ! On ne s’en rend pas forcément compte ».

Un enfant sur deux sera confronté au cancer d'ici l'âge adulteUn enfant sur deux sera confronté au cancer d'ici l'âge adulte

en Belgique

cause de mortalité prématurée

Le cancer est la première


Partenaires

Partenaires officiels Autres partenaires
Vos plus petits dons financent les grandes idées de nos chercheurs

Soutenez le Télévie

les grandes idées de nos chercheurs

Vos plus petits dons financent

Menu