POL WOTQUENNE : QUAND LE MEDECIN EST ATTEINT PAR LE CANCER…

Publié le 22 décembre 2021 dans Moments Forts, News


Etre médecin et subir à deux reprises un cancer : c’est le parcours peu banal vécu par le Liégeois Pol Wotquenne, qui travaille aux urgences du CHU du Sart-Tilman, et qui est âgé aujourd’hui de 67 ans. 

Tout commence en 2008. Pol a 54 ans, quand sa prise de sang annuelle révèle un taux d’antigène prostatique spécifique (PSA) anormalement élevé. C’est l’un des signaux d’alerte pour suspecter un cancer de la prostate. « Je finis par détecter le monstre 18 mois plus tard. Un adénocarcinome de la prostate ». Pol choisit alors de se faire opérer à Alost par Alex Mottrie, le « pape » de la technique robotisée pour ce type d’interventions. Le médecin liégeois s’en sort sans trop de séquelles. « Je n’ai pas eu besoin de traitement complémentaire. Je m’estime grandement chanceux, mais j’ai toujours axé ma vie sur la prévention. C’est grâce à cela que je suis toujours là aujourd’hui. Je conseille à chaque homme à partir de 50 ans de faire tester son taux de PSA ». 

Nouvelle attaque du cancer 

Trois ans plus tard, pendant les vacances, Pol se sent anormalement fatigué. «Je me dis : ça y est, je fais sans doute une mononucléose, ou un problème viral ! Je vais voir un confrère infectiologue à l’hôpital de la Citadelle à Liège. Et en constatant les résultats de la prise de sang ; il me dit : tu as une leucémie lymphoïde chronique ! ». A son âge, moins de 60 ans, ce genre de leucémie évolue très vite. Et les traitements aussi : « j’ai eu de la chimiothérapie, et puis de l’immunothérapie. Avec beaucoup d’effets secondaires qu’il faut apprendre à gérer. Avec des hauts et des bas depuis 11 ans. « Fin août de cette année, je me suis même dit : si on ne fait rien, je serai mort dans trois mois. En septembre, j’ai été placé sous « Venetoclax », et depuis lors je vis une véritable renaissance. J’étais essoufflé, anémique. J’étais mourant. Et grâce à ce traitement, les paramètres hématologiques se sont normalisés. Chaque jour, je me lève, je vois le ciel et je me dis : quelle chance ! ». 

Depuis peu, cet interniste aux multiples casquettes a pu reprendre une activité professionnelle plus soutenue. Il s’occupe de former les futurs médecins via des ateliers lors desquels il peut leur transmettre son expérience. « Et je vaccine la troisième dose contre la Covid au personnel hospitalier ! », tient-il à préciser. Se sentir utile, c’est l’un de ses crédos. 

Quels conseils ? 

Face à la maladie qui frappe les personnes atteintes d’un cancer, Pol Wotquenne se veut résolument optimiste.  « Je dirais à ces malades de garder espoir dans la médecine. Quand je vois la rapidité avec laquelle les connaissances évoluent ! Par ailleurs, essayez de mener une vie saine : abstenez-vous de fumer, de boire, de manger des aliments toxiques. Vous résisterez mieux aux traitements parce que votre organisme sera prêt. Depuis mon enfance, j’ai toujours vécu dans d’excellentes conditions. Pas de tabac, pas d’alcool, beaucoup de sport, je mange bio : ça ne m’a pas empêché de me taper deux cancers. Mais comme je m’en désolais auprès d’un collègue urologue, il m’a répondu ceci : si tu n’avais pas vécu aussi sainement, tu serais peut-être déjà mort ! Autre conseil : il faut continuer à rester actif, le plus possible, mais aussi il faut vous renseigner sur le traitement qu’on vous administre. S’intéresser à votre traitement, savoir ce qu’on vous fait entraînera chez beaucoup d’entre vous une meilleure adhésion à votre traitement. »

L’empathie, une attitude essentielle

Pol Wotquenne en est convaincu : la prise en charge des patients passe aussi par un meilleur accompagnement psychologique.  « Le personnel médical dans son ensemble doit faire un effort en termes d’empathie. Je me suis occupé de patients qui avaient la même maladie que moi. Et après avoir instauré un dialogue avec certains d’entre eux, je leur disais : j’ai eu la même chose que vous, et voilà, j’en suis sorti ! Je voulais leur donner de l’espoir. En oncologie, les infirmières, ce sont des saintes ! Le dévouement du personnel médical et paramédical est extraordinaire, mais on pourrait encore faire mieux notamment au niveau psychologique.»

Rester optimiste pour l’avenir

Toujours en traitement aujourd’hui, le médecin liégeois tient à voir l’avenir avec sérénité. « Je suis passé en arythmie cardiaque à la suite d’un traitement précédent. C’est une arythmie consacrée. Je suis donc sous anticoagulant jusqu’à la fin de mes jours. 

Mon traitement actuel doit durer deux ans. C’est quatre comprimés par jour que je prends à midi. Et à terme, on me dit qu’il y a un espoir de guérison. Moi, je parlerais plutôt de rémission. Mais je ne suis pas spécialement inquiet. J’ai confiance dans la médecine.

On m’a souvent dit : profites-en, profite de la vie ! Mais ma vie n’a pas changé avec la maladie. Elle me plaît comme ça. Profiter de la vie, c’est être intégré dans un milieu social, admirer la nature ! Ce n’est pas acheter des grosses voitures ou voyager à l’autre bout du monde ! ». 

Le Télévie : une solidarité toujours nécessaire

Quand on lui enfin parle du Télévie, le médecin liégeois ne peut que regretter qu’une telle opération caritative soit aujourd’hui encore indispensable au développement de la recherche médicale dans notre pays. On le sait, le combat contre le cancer avance, mais il est long et n’est pas terminé. Il ne faut rien lâcher et, comme le dit, le slogan du Télévie, il faut continuer à tout donner.

D.H.


D'autres news