Le petit guide pratique de la crème solaire

Publié le 14 juillet 2022 dans Moments Forts, News


Pour se protéger du soleil et des éventuelles conséquences néfastes des rayons UVA et UVB, la solution est simple : mettre de la crème solaire. Mais quelle crème faut-il acheter ? Quelle protection est-elle conseillée ? Et les perturbateurs endocriniens dans tout ça ? Le Dr Walon, dermatologue, et le Dr Blouard, dermatologue et membre de l’Euromelanoma, vous conseillent.

  • Il faut acheter la crème solaire en pharmacie. Le Dr Walon justifie « Les crèmes vendues en pharmacie ont été testées dermatologiquement. » Il existe donc moins de risques de faire une réaction allergique aux composants.
  • Il est conseillé de prendre un écran 50 avec une protection contre les UVA et les UVB. C’est un plus s’il y a aussi une protection contre la lumière bleue. Le Dr Blouard insiste « 50 c’est idéal, en-dessous de 30, ça ne sert à rien, ce n’est même plus un écran. 30 c’est discutable. » Pour les personnes à peau claire, il est recommandé de garder une protection 50 tout le temps. Pour les personnes ayant une peau plus foncée, il est possible de commencer par une protection 50 et utiliser ensuite une protection 30.
  • Il est important de renouveler l’application de la crème solaire toutes les deux heures et après chaque baignade.
  • Certaines zones sont souvent oubliées, comme l’explique le Dr Blouard. « Bien mettre sur le dos des mains, le dos des pieds, les oreilles, dans la nuque. » Il est important de ne pas négliger ces endroits car les carcinomes basocellulaires et épidermoïdes apparaissent généralement sur les zones exposées.
  • « Attention, si vous êtes bronzé grâce à votre auto-bronzant, vous n’êtes pas protégé. » Selon le Dr Blouard, c’est une fausse croyance de croire que votre peau est protégée du soleil si vous êtes bronzé grâce à une crème auto-bronzante. Vous devez quand même appliquer une protection solaire, 50 ou 30.
  • Ne pas s’exposer aux heures les plus chaudes, entre 12h et 16h. C’est lors de cette tranche horaire qu’il est le plus fréquent d’attraper un coup de soleil.
  • Qu’en est-il des perturbateurs endocriniens contenus dans les crèmes solaires ? Selon le Dr Walon, il faut mesurer le risque. « Le risque du cancer de la peau en ne mettant pas de crème solaire est bien supérieur aux risques de troubles éventuels provoqués par les perturbateurs endocriniens. » De plus, les perturbateurs endocriniens ne se développent qu’à partir du moment où vous ouvrez votre crème solaire. C’est pour cela qu’il est déconseillé de réutiliser sa crème solaire d’une année à l’autre.

D'autres news