Retour

Les chercheurs ? Des gens comme vous

Exposition scientifique du FNRS

Ils étaient là. Passionnés et passionnants. Au Grand Défi Télévie, les chercheurs financés par votre générosité ont déballé leur attirail de laboratoire pour expliquer, de façon simple et accessible, les mécanismes du cancer et la façon dont, par leurs recherches, ils s’attèlent à combattre la maladie. En 10 ans, l’exposition du F.R.S.-FNRS est devenue un incontournable des festivités de la journée familiale organisée par RTL. Elle met en contact le public et les scientifiques ; une interaction aux bénéfices réciproques.

 
Des enfants manipulent des éprouvettes rouges, jaunes, vertes. Un autre essaim se rue sur la lunette d’un microscope. Certains préfèrent placer au bon endroit les organes d’un mannequin humain ou découvrir « en vrai » un placenta. Ils enfilent des charlottes sur la tête pour se mettre dans la peau d'un scientifique. Obtiennent parfois le "diplôme du petit chercheur en cancérologie". Les parents ne sont pas en reste: de stand en stand, au fil des posters didactiques qui couvrent les parois de la tente, ils découvrent et comprennent le fonctionnement du corps et du cancer.
Autour d’eux, une quarantaine de chercheurs, fondus dans leur tablier blanc, un cœur rouge estampillé sur la poche, répondent aux questions, avec simplicité et attention.
 
 

Au bas de la tour d’ivoire

« C’est tout le mérite du Télévie », explique Jacques Boniver, Professeur émérite de l’ULiège, « il a sorti les chercheurs de leur tour d’ivoire. Le public se rend compte que les scientifiques sont des gens comme tout le monde et que ce qui parait compliqué de prime à bord ne l’est pas forcément dès lors qu’on met en œuvre ce qu’il faut pour le comprendre ». Et Philippe Delusinne, CEO de RTL Belgium d’enchainer : « sous cette tente, la recherche scientifique n’est plus absconse. Elle existe, elle est incarnée ».
 

Un public intelligent

Au total, huit ateliers sont à parcourir. Les chercheurs prennent la peine de renouveler leur stand pour en assurer l’attractivité maximale. Le Professeur Bernard Gallez par exemple démystifie l’imagerie du cancer en proposant un quizz aux enfants, amenés à reconnaitre des images IRM de fruits et de parties du corps. L’idée est aussi de présenter les évolutions et d’exposer la modernité des traitements et des équipements. En créant le stand « séquençage à haut débit », le Professeur Anne Van den Broeke tenait à montrer les révolutions techniques qui ont eu lieu depuis les débuts du Télévie.  « Les gens sont épatés », s’enchante-t-elle face à tant de répondant. Sylvain Fauquenoy, post-doctorant à l’ULB, est pareillement impressionné par l’empressement du public à apprendre. « Les visiteurs sont cultivés. Ils en connaissent un rayon en matière de traitements ». C’est que, pour beaucoup d’entre eux, ils ont été confrontés au cancer.

Du liant social

« J’ai parfois l’estomac noué », confie Anne Van den Broeke. « On rencontre des personnes marquantes aux parcours douloureux ». Pour Philippe Delusinne, c’est là que l’expression « famille du Télévie » prend tout son sens : « Les gens ont vécu le pire. Parfois ils ont perdu leurs proches. Et pourtant ils reviennent, pour les autres. Par altruisme. Le Télévie est un véritable liant social ».
 
 
A la fin de la journée, les chercheurs sont éreintés. « C’est comme donner huit heures de cours d’affilée ! », avoue Bernard Gallez. Mais ils sont comblés. « Paradoxalement, même si je suis crevé, j’ai rechargé mes batteries pour la fin de l’année », lance Christian Chatelain. Certains espèrent avoir créé des vocations. D’autres avoir donné un sens à tous ces dons.
Ils n’ont en tout cas pas envie de partir, confirme Anne Van den Broeke avec un franc sourire.
Ils reviendront l’année prochaine.
Et vous ?
 
Retrouvez toutes les photos sur la page Facebook du FNRS