Retour

Des progrès importants depuis 20 ans pour vaincre le lymphome

Ce 15 septembre est la journée internationale du lymphome est l’occasion de comprendre ce qu’est un lymphome et également de rappeler les progrès accomplis avec la recherche.  

Chaque année, 4000 belges sont atteints de lymphone, un cancer peu connu qui s’attaque au sang.

Le lymphome, c’est quoi ?

Pour comprendre ce cancer, il faut comprendre à quoi il s’attaque ; le système lympathique.  Dans notre corps humain, nous avons un système de défense de l’organisme qui combat les maladies et les infections comme des petits soldats qui font barrière. Un lymphome survient lorsque des cellules circulant dans le système lymphatique se développent de façon anormale et s’accumulent pour former une tumeur.

La principale difficulté de ce cancer est qu’il en existe plus de 60 sous-types. On peut distinguer deux grandes catégories : les lymphomes hodgkiniens  (ou "maladie de Hodgkin") les plus connus mais les moins fréquents (10% des cas), et les lymphomes non hodgkiniens, en constante augmentation (90% des cas).

Chimiothérapie, radiothérapie, immunothérapie…il existe de nombreux traitements. Le programme de soins est à adapter en fonction du type de cancer et de chaque personne.

« Aujourd’hui, on peut dire que les progrès sont fabuleux pour la guérison des lymphomes. C’est d’abord la radiothérapie et la chimiothérapie qui ont été les plus efficaces pour traiter ce cancer. Ensuite après les années 2000, l’immunothérapie a réussi l’exploit de guérir plus de patients » nous explique le professeur Dominique Bron, Chef de Service  d'Hématologie oncologique à l'Institut Jules Bordet.
 
Le Télévie a contribué à la collaboration entre les Universités francophones et néerlandophones. Elles ont participées à une étude démontrant que l’association de chimiothérapie et d’immunothérapie fait progresser de 15% les chances de guérison pour certains types de lymphomes.
On peut parler de progrès considérables dans le diagnostic et l’imagerie du lymphome grâce au Petscan (une sorte de scanner) qui permet de ne pas sur- traiter ou sous-traiter les malades.
 
« Grâce au Télévie, tous ces progrès ont pu être réalisés. Les chercheurs ont compris ce qu’était la maladie du lymphome et peuvent mieux la traiter » conclut professeur Dominique Bron.
 
Pour guérir, il faut trouver. Pour trouver, il faut chercher. Pour chercher, il faut avoir des moyens.
 
Les recherches d’aujourd’hui sont nos traitements de demain, faites un don au Télévie en cliquant ici.